Ils ont fait l’Histoire !

Le samedi à 13h45

Calamity Jane à cheval.
Calamity Jane à cheval. © Getty - Bettman

Des femmes "cow-boys" dans la conquête de l'Ouest

Diffusion du samedi 23 novembre 2019 Durée : 3min

La conquête de l’Ouest, histoire américaine mythique qui a fait rêver des générations de Français après la guerre quand on a découvert les productions hollywoodiennes.Ces dernières rappellent quelques femmes "cow-boys" célèbres. Calamity Jane, Annie Oakley.

Quand on pense à l’Ouest américain, on imagine les indiens, les cowboys, la cavalerie qui arrive toujours en retard, les saloons, les attaques de diligences, bref, pas mal de trucs où quasi tout le temps ce sont les mecs qui interviennent pour le meilleur et pour le pire. Surtout pour le pire. Elles ont pourtant été là, les femmes, pendant la conquête de l’ouest. Bien souvent au boulot pendant que leurs bonhommes s’entretuaient. Mais il leur est arrivé de tenir également le devant de la scène. Calamity Jane, de son vrai nom Martha Jane Cannary, née en 1850, ou 51, ou 52, on ne sait pas trop, mais plutôt dans le Missouri. 

Devenue éclaireuse pour l’armée américaine, elle s’habille en homme, rééditant le coup de Jeanne d’Arc, tout simplement parce ce que c’est bien plus pratique que de courir le désert en robe et corset. Elle participe aux guerres indiennes, et prend des risques fous avant de développer un art redoutable du tir à la carabine. Devenue archi célèbre, elle est le clou du spectacle de l’exposition panaméricaine de Buffalo avant de mourir pauvre et alcoolique.

Un peu plus jeune que Calamity Jane, Annie Oakley, née Phoebe Ann Moses en 1860 se fait remarquer très jeune au tir. Il faut dire qu’elle a de quoi s’entraîner puisque orpheline de père et 5e de 7 enfants, dès 9 ans, elle doit courir les bois pour chasser et nourrir la famille. Championne à l’âge de 16 ans, elle affronte le meilleur tireur d’Amérique, Franck Butler et elle le bat. Et que croyez-vous qu’il arriva ensuite ? Ils se marièrent. Buffalo Bill les recrute pour son Wild West Show, et Sitting Bull donne son nom de Scène à Annie qui devient « la petite femme au tir sûr ». il faut dire qu’elle fait 1m50. Et il faut reconnaitre que niveau tir elle touche !  À 28 mètres de distance, d’une balle, elle coupe une carte à jouer en deux. Elle réussit même d’une seule balle à enlever les cendres de la cigarette fumée par son mari. Elle sidère jusqu’à l’empereur allemand Guillaume II en lui faisant le même coup alors qu’il avait une cigarette aux doigts. 

Devenue l’une des premières actrices de cinéma en 1894, on la voit d’ailleurs tirer, Annie Oackley a continué sa carrière jusqu’à sa mort en 1926. Alors c’est vrai que la conquête de l’Ouest a laissé plutôt des mémoires d’hommes, raison de plus pour que nous sachions les noms des femmes dont l’histoire américaine n’a pas pu faire autrement que de retenir le nom tellement elles étaient exceptionnelles.