Replay du jeudi 25 janvier 2018

Quand un président de la république, tombe d’un train dans le Loiret

Des escapades nature du côté de la forêt d’Orléans, ou de la Sologne, le château de Sully-sur-Loire ou d'autres monuments, dans le département du Loiret, on peut s’y arrêter volontairement ou involontairement comme ce fut le cas d’un président de la république : Paul Deschanel.

Paul Deschanel, président de la 3ème république, à un dîner à Paris en l'honneur de la très célèbre actrice Rejane. Elle est assise à gauche du président.
Paul Deschanel, président de la 3ème république, à un dîner à Paris en l'honneur de la très célèbre actrice Rejane. Elle est assise à gauche du président. © Getty

Magnifique département du Loiret. Qui tient son nom du Loiret, autrement dit la petite Loire qui rejoint la Loire tout court dans le bel endroit de la pointe de Courpain. Enfin Loire tout court pour le nom hein puisque rappelons qu’elle fait plus de 1000 kilomètres. 

Peuplé de 670 000 Loirétains, le département peut s’enorgueillir de quelques-uns de ses beaux châteaux. Par exemple le Château de Chamerolles dans la forêt d’Orléans au milieu des 35 000 hectares d’arbres majestueux et des 1200 kilomètres de chemins de balades. Dans le Loiret on peut aussi visiter les châteaux de Saint- Brisson ou de la Bussière, et bien sûr le sublime château de Sully-sur-Loire.   

Dans le Loiret, on peut aussi s’offrir un beau séjour à Orléans, ville princière qui s’étale autour de la grande cathédrale Sainte-Croix et qui l’objet d’un arrêt rien que pour elle dans notre rendez-vous tant elle est belle. La destination Loiret c’est aussi une douce promenade en Sologne, où s’entend le brâme du cerf pour annoncer l’automne et des cueillettes de champignons légendaires. Le Loiret c’est aussi une passion pour les roses si nombreuses et qui se plaisent si bien ici, qu’elles ont donné leur nom à une route touristique, la route de la rose.

Montargis c’est la Venise du Gâtinais. 131 ponts,  de quoi épater même les Chinois pourtant habitués aux nombreux ponts de Shanghai et qui sont venus nombreux ici dans les années 1920. 400 étudiants chinois, venus à Montargis, étudier les techniques et connaissances occidentales en dégustant la délicieuse prasline pas très loin des ruines de l’antique château. Un président de la république est venu aussi. Ça n’était pas volontaire remarquez. Il aurait pu tomber plus mal dans tous les sens du terme. Il s’appelait Paul Deschanel. 

Nous vous proposons d’écouter la suite de cette histoire en cliquant sur le player à votre disposition.

Mots clés: