Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Jean Marais au théâtre dans Cyrano De Bergerac.
Jean Marais au théâtre dans Cyrano De Bergerac. © Getty - Keystone-France

Rostand est persuadé que « Cyrano » fera un bide

Diffusion du mercredi 9 janvier 2019 Durée : 3min

28 décembre 1897. Théâtre de la Porte Saint-Martin. Rostand a le trac. Il est persuadé de faire un four. La pièce ne peut pas marcher.

Trop de personnages, trop d’actes, un héros laid… enfin bon tant pis, les dés sont jetés. Il s’est excusé d’avance du bide à venir auprès de l’acteur Coquelin, très coté à l’époque, qui va jouer Cyrano pour la première fois et l’a d’ailleurs aidé à écrire la pièce. Coquelin sourit et s’avance, le rideau se lève. Le gamin n’aura pas suivi les traces de ses pères. 

Né en 1868 à Marseille Edmond, Eugène, Joseph, Alexis Rostand est fils de banquier, petits fils de commerçant. Il est aussi l’arrière-petit-fils d’Alexis Joseph Rostand, maire de Marseille. Mais pour Edmond, ni banque, ni commerce, ni politique. Ce qui lui plaît à lui, ce sont les mots. Les vers plus précisément. Il adore. Il en fait des poèmes, des pièces, qui marchent plus ou moins bien d’ailleurs. Ça n’est plus trop la mode de s’exprimer en vers sur scène. À la fin du XIXe siècle, dans le Paris festif et canaille où il a fini par s’installer, Edmond Rostand n’est pas vraiment dans l’air du temps. 

Alors qu’on rit devant les comédies de Feydeau, il persiste, lui, dans la tragédie. C’est alors qu’il aide un ami pas très doué à séduire une jolie femme, que Rostand a l’idée d’une pièce complètement nouvelle. À la fois drôle et émouvante, mais toujours en vers. L’histoire de deux hommes qui aimeraient la même femme, Roxane. Un beau mais pas doué. L’autre laid, avec un nez immense qui aiderait le premier à parler et à séduire Roxane dont ils sont amoureux tous les deux, mais dont Cyrano ne pense pas qu’elle pourra aimer aussi laid que lui. Pour imaginer ce personnage, Rostand s’inspire de Savinien de Cyrano de Bergerac, un auteur du XVIIe siècle, renommé pour sa liberté d’esprit, son talent et son panache. C’est à lui qu’il fait dire la célèbre tirade du nez « C’est un pic c’est un cap que dis-je c’est un cap c’est une péninsule » que le public vient d’applaudir.  Contrairement à ce qu’imaginait Edmond Rostand, le public adore !  La pièce sera un énorme succès. 

Pour Rostand, la gloire et même la légion d’honneur, à 30 ans, quelques jours seulement après la première représentation. Cyrano lui, a ému et fait sourire dans des opéras, dans des films, il est devenu éternel.