Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Mosaïque Corsica.
Mosaïque Corsica. © Getty

Thomas de Neuhoff, roi de Corse et mendiant

Diffusion du mardi 19 juin 2018 Durée : 5min

rencontre avec Thomas de Neuhoff, militaire, diplomate, l’homme est né à Cologne, donc fort loin de la Corse. Il a pourtant été Roi de Corse. Un destin étonnant.

La Corse est aussi un royaume. C’est un pape du XIIIe siècle qui s’est donné le droit de décréter la Corse royaume. Et inutile de vous dire que ce titre a été le diamant en plus d’une île qu’on considère comme un bijou depuis l’époque romaine. Titre qui faisait plaisir au roi d’Aragon à qui les papes qui ont possédé la Corse ont décidé de la confier. Titre que son lointain descendant porte d’ailleurs encore. Entre autres titres, le Roi Philippe d’Espagne porte tout à fait sérieusement celui de roi de Corse même s’il ne règne pas sur elle. Ceci dit un autre homme a été roi de Corse. Il s’appelait Théodore de Neuhoff. 

Un nom qui ne sonne pas corse, et pour cause, le gaillard est né à Cologne, dans l’Allemagne d’aujourd’hui, en 1694. En 1736, alors que les Corses se battent depuis 7 ans pour se libérer de Gênes qui possède la Corse, de nobles familles décident le tout pour le tout. Eriger la Corse en royaume indépendant. On bat monnaie. On se dote d’une armée. On prévoit la création d’une université, et on se choisit un roi. Militaire, mais aussi diplomate, Neuhoff a œuvré en Espagne, en Écosse, à Paris. Il s’est passionné pour la cause corse et il a pris contact avec les insurgés. Ses qualités professionnelles lui font obtenir la confiance de partisans avec lesquels il prend une partie de l’île face aux génois. 

Neuhoff est couronné. Son règne durera 6 mois. À court d’argent, il repart sur le continent pour tenter d’en trouver. La suite de l’Histoire corse se fera sans lui malgré quelques tentatives pour revenir sur l’île qu’il considérait comme son royaume. Complètement ruiné, oublié de tous, Thomas de Neuhoff est mort en 1756 à Londres ou il s’était réfugié. 

À Soho, une plaque rappelle l’histoire du Roi de Corse et nous dit : "Le tombeau, ce grand maître, met au même niveau. Héros et mendiants, galériens et rois : Mais Théodore fut instruit de cette morale avant que d’être mort. Le destin prodigua ses leçons sur sa tête vivante. Il lui accorda un royaume et lui refusa du pain".