Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Sabine Singen, Lino Ventura et Francis Blanche dans le film Les Tontons Flingueurs de Georges Lautner, le 14 avril 1963.
Sabine Singen, Lino Ventura et Francis Blanche dans le film Les Tontons Flingueurs de Georges Lautner, le 14 avril 1963. © Getty

On tourne "Les Tontons Flingueurs" dans une cuisine à Rueil-Malmaison

Diffusion du mercredi 30 mai 2018 Durée : 5min

Non loin de Reuil-Malmaison, dans un hôtel particulier (qui a été rasé depuis) on a tourné la fameuse scène de la cuisine d’un film tout à fait culte : « Les Tontons Flingueurs ».

1963, Rueil-Malmaison, clap de fin, il est temps. La pièce est si petite qu’on a eu du mal à tourner. On vient de terminer la scène qui deviendra culte. Des gangsters dans une cuisine en train de boire un coup. « On va peut-être se lancer dans le bizarre ? ». 

Quel casting ! Lino Ventura, Francis Blanche, Bernard Blier et j’en passe. Un jeu tellement bon qu’on est encore persuadé, 50 ans plus tard que les comédiens étaient réellement bourrés. Impossible vu la qualité des dialogues ciselés par Michel Audiard qui bosse pour la première fois avec le réalisateur Georges Lautner. D’ailleurs Lautner n’est pas sûr de la garder. Il ne la trouve pas utile pour le film. Il se ravisera au montage. Quelques mois après ce tournage, le 27 novembre 1963 la France découvre « Les Tontons Flingueurs ». Ils seront 3 300 000 à se marrer. Les Français adorent déjà. 

La presse déteste. Henri Chapier balance à Lautner « Vous pavoisez haut vous visez bas ». On aurait pu lui sortir une réplique du film inspirée de Saint Thomas d’Aquin « Les cons ça ose tout c’est à ça qu’on les reconnait ». Les Français ne suivront pas les critiques. Ça ne sera pas la dernière fois. Les tontons flingueurs c’est l’alchimie réussie, y compris dans les risques. Après tout, au départ la production voulait absolument Gabin. C’est Georges Lautner qui a imposé un Lino Ventura pas du tout convaincu d’être l’homme idéal « Je n’ai jamais fait rire » a-t-il dit à Lautner qui insistait. 

Côté tournage ça a été parfois épique parce que le beau Lino n’aimait pas sortir du texte et que Francis Blanche adorait improviser. La force de Lautner aura été de réunir des gueules et surtout des talents. Celui des acteurs bien sûrs, mais aussi celui d’Albert Simonin, auteur de la trilogie « Grisbi or not grisbi » qui a co-scénarisé le film. Le talent  d' Audiard dont les textes font encore hurler de rire des années après. Celui de Michel Magne qui a composé le seul thème musical du film, décliné en rock, en baroque et même en sonate. Les tontons flingueurs c’est la preuve qu’il faut énormément de talent pour faire rire… Tout un pays, des années entières.