Les séries France Bleu

Ils ont fait l’Histoire !

En semaine à partir de 15h08

Le capitaine James Cook tué 1779 sur Hawaï
Le capitaine James Cook tué 1779 sur Hawaï © Getty - Grafissimo

Vol 571, mort de James Cook... Quand les hommes deviennent cannibales

Diffusion du mercredi 10 octobre 2018 Durée : 3min

En 1972, sur tous les écrans de télévision, on montre les survivants d’un crash d’avion qui s’est produit au beau milieu des montagnes de la cordillère des Andes. Ils ont survécu plus de 2 mois à 3600 mètres d’altitude. Ce qui leur a permis de survivre : l’anthropophagie.

22 décembre 1972. Dans les hélicoptères qui les ramènent à la Civilisation, les survivants murmurent. Ils révèlent qu’ils ont franchi le tabou ultime. Celui de manger de la chair humaine. Pour survivre ont-ils dit. 2 mois plus tôt, le 12 octobre, le vol 571 est parti de Montevideo en Uruguay pour rallier Santiago du Chili. C’est précisément au milieu la cordillère des Andes que l’avion s’est écrasé à 3600 mètres d’altitude Sur les 45 passagers et membres d’équipage du Fairchill Hiller, 17 sont morts aussitôt. 12 sont morts à leur tour dans les deux mois suivants, dont 8 dans une avalanche. Ils ne sont donc plus que 16 dans les hélicoptères de secours. Deux d’entre eux, au terme d’un périple écrasant de 10 jours de marche dans la neige, sans équipement, ont réussi à prévenir les secours. Isolés du monde, à bout de nourriture, les survivants restés près de l’avion ont dû se résoudre à dévorer une partie des corps, congelés par le froid glacial. Cette histoire a terrifié son époque. Rappelant aux hommes qu’il est arrivé à des hommes de manger des hommes. Plus ou moins volontairement.

Dès la préhistoire, d’ailleurs, puisqu’on a retrouvé des ossements de femmes et d’enfants en Espagne, datés de 800 000 ans avant Jésus Christ, et qui portaient les traces sans équivoques d’un passage en cuisine. On dit qu’en France même, on a parfois mangé des êtres humains lors des grandes famines, notamment au Moyen Âge, mais aussi en Ukraine dans les années 30, pour survivre. C’est exactement ce que disent les revenants du vol 571, et ce qui leur vaudra d’ailleurs l’absolution du pape Paul VI. 

On sait aussi que le cannibalisme religieux existait dans de nombreux endroits de la planète. Principalement en Amérique centrale et latine. On tue l’ennemi et on le mange pour lui voler sa valeur et sa force. Certaines tribus du pacifique le font encore au XIXe siècle, notamment en Nouvelle Zélande. L’une des plus célèbres victimes des cannibales du Pacifique est le capitaine et explorateur anglais James Cook. L’homme n’a pas réussi à sympathiser avec l’une de ces tribus rencontrées au hasard de l’un de ses périples. C’est ainsi que James Cook est mort dévoré par des cannibales.