Replay du mardi 23 février 2016

Ils ont fait Paris et sa région : les gisants de la basilique de Saint-Denis

A Saint-Denis, 70 gisants de princes, princesses, rois et reines de France - illustration : gisant de Catherine de Médicis - photo Antoine Schneck 2011 - Courtesy Galerie Berthet Aittouarès

L’administrateur de la basilique cathédrale de Saint-Denis Serge Santos Echeverria délivre une leçon d’histoire de France. Il évoque l’origine de la nécropole royale, depuis l’époque de la vénération des reliques de Saint-Denis jusqu’aux obsèques de Louis XVIII, dernier souverain français enterré dans la basilique en 1824. Saint-Denis – martyrisé au 3° siècle sur la butte Montmartre, qui selon la légende aurait marché en portant sa tête coupée jusqu’au lieu où il a été inhumé – va devenir dès l’époque carolingienne l’un des grands saints protecteurs des rois. Des aristocrates francs se font enterrer tout d’abord à Saint-Denis, et en 649, Dagobert est le premier roi inhumé dans ce lieu. La basilique possède plus de soixante-dix gisants, car certains viennent aussi de diverses abbayes : beaucoup de rois mérovingiens et carolingiens seront enterrés par la suite à Saint-Germain-des-Prés. Ce sont les rois capétiens qui feront véritablement de Saint-Denis la nécropole royale. Le règne de Saint-Louis, au 13° siècle, lancera la période de la représentation royale avec les premiers gisants. Cette coutume aura son apogée à la Renaissance avec la commande des gisants les plus fameux, ceux d’Henri II et Catherine de Médicis notamment, les plus remarquables

http://www.schneck.fr/fr/photos/serie/2456/gisants/slideshow/