Émissions Toutes les émissions

Ils ont fait Paris et sa région

4min

Ils ont fait Paris et sa région : l'hôtel de Brienne (1)

Par le lundi 30 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
 f
f © Radio France

La façade sur jardin de l'Hôtel de Brienne - photo : D.L. -

C’est l’un des plus beaux hôtels particuliers de la capitale. A l’initiative du Centre des Monuments Nationaux et du Ministère de la Défense, il sera désormais ponctuellement ouvert au public, le week-end, sous forme de visites-conférences. Au 14 rue Saint-Dominique, derrière le boulevard Saint-Germain, l’Hôtel de Brienne est depuis 1817 la résidence du Ministre de la Défense. L’immense et très moderne « Pentagone », nouveau site du ministère à Balard, n’a pour l’instant rien changé : Jean-Yves Le Drian et son cabinet, probablement très attachés à l’Hôtel de Brienne, n’ont pas encore quitté les lieux… Les visiteurs ne verront donc pas, au rez-de-chaussée, donnant sur le parc, le grand bureau du ministre. Ils pourront par contre découvrir le bureau de Georges Clémenceau et celui du Général de Gaulle, à l’étage, mais aussi la salle à manger de Lucien Bonaparte, frère de l’empereur, et leur mère Laetizia. Gaëtan Bruel, de l’Association des amis de l’Hôtel de Brienne, raconte tout d’abord la très longue histoire de l’hôtel particulier du maréchal-duc de Richelieu – arrière-petit-neveu du cardinal, « grand militaire, et plus grand séducteur encore ». L’hôtel passe en 1776 aux mains du comte de Brienne, futur secrétaire d’Etat à la Guerre, et de son frère, archevêque de Toulouse. Des fêtes galantes y sont organisées, mais la Révolution survient, le comte de Brienne est guillotiné, son frère s’enfuit par une porte dérobée du parc, surnommée la porte des Amours. L’Hôtel de Brienne connaîtra d’autres fastes sous l’Empire, jusqu’à ce que Madame-Mère décide de rompre avec les mondanités « pour embrasser une austérité qui ne le quittera plus »…