Émissions Toutes les émissions

Ils ont fait Paris et sa région : la colonne de Juillet de la Place de la Bastille - 1 -

f

Une colonne... et une nécropole ! Le Centre des Monuments Nationaux restaure sa base et organise sa visite - copyright photo Didier Plowy - CMN -

Ils ont fait Paris et sa région : la colonne de Juillet de la Place de la Bastille - 1 -

Qui n’a pas rêvé de monter tout en haut de la colonne de Juillet de la place de la Bastille ?... Le Centre des Monuments Nationaux a permis à quelques journalistes de réaliser ce rêve ! L’Etat a confié au CMN la gestion de ce monument emblématique du patrimoine parisien. Le Centre des Monuments Nationaux souhaite donc accompagner le projet d’aménagement de la Ville de Paris de la nouvelle place de la Bastille en ouvrant au public en 2018 les parties du basses de la colonne. Des travaux de restauration ont commencé en juillet 2016, il faut assurer en-effet l’étanchéité de la terrasse et stopper les infiltrations d’eau : la colonne est construite sur le canal Saint-Martin. En deux épisodes, le Président du CMN Philippe Balaval, la directrice de la conservation Delphine Christophe et l’Architecte en chef des Monuments Historiques Lionel Dubois racontent tout d’abord l’histoire du monument. La colonne de Juillet, « témoin du XIX° siècle », est avant tout une nécropole. Dans ses soubassements, les victimes des révolutions de 1830 et 1848 sont inhumées dans deux cryptes. Louis-Philippe, monté sur le trône après « les Trois Glorieuses »… et détrôné par la Révolution de 1848, est à l’origine de de cette colonne surmontée du Génie de la Liberté. Un projet initial, voulu par Napoléon, n’a jamais pu être mené à son terme. L’architecte Jean-Antoine Alavoine avait imaginé l’édification d’une fontaine surmontée d’un éléphant de bronze. Victor Hugo, dans Les Misérables, rendra célèbre cette structure - en plâtre – où Gavroche trouve refuge. La maquette de l’éléphant sera détruite, et Alavoine reviendra place de la Bastille pour construire – avec ensuite son confrère Joseph-Louis Duc - une colonne de 50 mètres de haut en hommage aux révolutionnaires de 1830. Au fil des ans cependant, les Parisiens ont un peu oublié la véritable origine de la colonne, en ne retenant que sa plateforme, à son sommet...

Partager sur :