Émissions Toutes les émissions

Ils ont fait Paris et sa région

3min

Ils ont fait Paris et sa région : les Magasins généraux de Pantin

Par le jeudi 15 septembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
d
d

illustration : Les Magasins Généraux de Pantin, histoires de mutations - Jean-Luc Rigaud - Editions Lieux Dits

Ils sont aussi au programme des visites des Journées du Patrimoine des 17 et 18 septembre. Abandonnés aux graffeurs depuis des années, deux immenses bâtiments en béton armé, le long du canal de l’Ourcq, entament une nouvelle vie en 2016 avec l’arrivée à Pantin du groupe de publicité BETC, filiale du groupe Havas. Dans un environnement très ancré à l’histoire industrielle des lieux, le cabinet d’architectes Frédéric Jung les a transformés en immeubles de bureaux ultra modernes. Jean-Luc Rigaud, professeur à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, a écrit et illustré cette transformation dans le livre Les Magasins généraux de Pantin, histoires de mutation, paru aux Editions Lieux Dits. Alors qu’est inauguré aujourd’hui ce nouveau site, il raconte pour Ils ont fait Paris et sa région  la longue histoire du port de Pantin créé tout spécialement pour l’approvisionnement de la ville de Paris. En 1927, il existait déjà non loin de là les Moulins de Pantin et les Abattoirs de la Villette. L’inspecteur général des Ponts et Chaussées Louis Souquet fait construire ces bâtiments pour, au départ, « l’emmagasinage des blés et de alcools ». Sous la bannière de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, - et contre vents et marées… - le port de Pantin et ses Magasins Généraux vont connaître ainsi durant soixante-dix ans une vie intense. Les activités industrielles cesseront pourtant définitivement en 1999, et peu à peu l’inventivité des graffeurs prendra possession des lieux. Les parois et les murs des entrepôts seront entièrement recouverts de peintures et de graffitis… faisant de Pantin une capitale française du graffe et du street-art. Cette double histoire imposait évidemment la conservation de la structure principale des bâtiments et de quelques œuvres des artistes de Pantin. Le passé et le futur se côtoient ainsi au bord du canal de l’Ourcq.