Toutes les émissions

Ils sont fous ces Bretons

Du lundi au vendredi à 7H25.

Jérémie Beyou à l'arrivée du Vendée Globe 2017
Jérémie Beyou à l'arrivée du Vendée Globe 2017 © Maxppp - Joël Le Gall / Ouest France

Jérémie Beyou, un taureau à l'assaut de la route du Rhum sur son nouveau monocoque

Diffusion du vendredi 12 octobre 2018 Durée : 3min

Le navigateur de Landivisiau s'élancera pour sa 3e route du Rhum le 4 novembre avec un nouveau voilier.

Le taureau, emblème du nouveau monocoque de 60 pieds de Jérémie Beyou, sponsorisé par Charal pourrait bien pulvériser des records en catégorie monocoque grâce à ses foils. Plus qu'un voilier à foils, c'est un foiler dont la coque et le mat ont été imaginés autour des foils (ces ailes profilées le long du bateau qui lui permettent de voler littéralement) qui va rejoindre Saint-Malo (35) à Pointe-à-Pitre certainement en moins de 12 jours. Un voilier flambant neuf baptisé au champagne il y a 15 jours seulement à Lorient son port de base : le pari de la nouveauté, mais aussi un test grandeur nature avant le Vendée Globe 2020/2021.

Jérémie Beyou repart 4 ans après avoir terminé 2e du Rhum 2014 (en 12 jours et 12 h derrière Francois Gabart qui court cette année en Ultime) et après avoir vécu des moments difficiles et harassants. Le récent vainqueur de la Volvo Ocean race 2018 autour du monde en équipage, triple vainqueur de la Figaro et 3e du dernier Vendée globe en 2017 espère bien avec son nouveau bolide des mer inscrire son nom au palmarès du Rhum.

Né à Landivisiau (29), Jérémie Beyou commence à naviguer depuis la Penzé, vers Brignogan (29) ou Perros-Guirec (22) avec son père qui avait fabriqué un croiseur en aluminium. Mais à 8 ou 10 ans, s'il apprécie le cabotage familial le long des côtes de la baie de Morlaix, il est très loin de rêver à des courses transatlantiques, effrayantes à ses yeux.

Après la voile, le marin installé à Larmor-Plage (56) rêverait bien de courir en rallye WRC ou de monter dans une Formule 1. Un brin de folie qu'il partage aussi avec les cyclistes, comme Warren Barguil qu'il a croisé à Cholet sur le Tour de France 2018 et dont l'exigence de préparation mentale et physique n'a rien à envier aux skippers de la course au large.