Toutes les émissions

Ils sont fous ces Bretons

Du lundi au vendredi à 7H25.

Sabots vernis de la Saboterie de Cornouaille
Sabots vernis de la Saboterie de Cornouaille - Laureen Kervarec

Michel reprend l'unique atelier de sabotier du Finistère

Diffusion du mardi 25 septembre 2018 Durée : 3min

Les botoù-koad du Finistère ne sont pas morts. On les fabrique désormais à Saint-Pol-de-Léon.

Fin octobre-début novembre 2018, un nouveau sabotier fabriquera des vrais botoù-koad bretons, ceux en bois pour aller au jardin ou pour danser en cercle celtique. Michel Cousin poursuit dans le Léon le travail de Claude Pelletier, sabotier à Riec sur Belon (29).

Claude Pelletier aimait à dire qu'il était - non pas le dernier mais - le seul sabotier du Finistère. Il a formé ses derniers sabots il y a quelques jours à Riec. Claude a pris sa retraite, va jouer du saxophone et suivre des cours à l'université du temps libre. Mais l'aventure n'est pas finie, puisqu'il a formé pendant 9 mois Michel Cousin, un ébéniste originaire du Maine-et-Loire à qui il transmet le métier et les machines et surtour l'esprit d'un savoir-faire.

S'appeler Cousin est d'ailleurs un bon signe pour un sabotier. C'est comme ça que les Bretons exerçant le métier dans les bois s’appelaient entre-eux, peut-être à force de vivre entre-eux. Après avoir travaillé dans le le sport, le tourisme et les salles de bain, Michel Cousin voulait un nouveau challenge. Il est donc devenu apprenti à l'age de 56 ans à ses frais aux côtés de Claude.

"La Saboterie de Léon" fera donc des sabots à la mode du nord Finistère avec la lanière de cuir dans les anciens haras de l’évêché de Saint-Pol-de-léon et de la même manière qu'à Riec : bois de hêtre local, taille, fumage, séchage... un vrai savoir-faire patrimonial breton.