Toutes les émissions Émissions

Du lundi au vendredi, 13h40

« Love your waste »

Quand les déchets des cantines scolaires se transforment en gaz naturel

« Love your waste »

« Love your waste » signifie « Aimez vos déchets ». Et pour ce qui est des déchets, on est sacrément fort ! 8.500 tonnes, chaque jour… Rien que dans nos cantines, nos hôpitaux et nos restaurants d’entreprise. C’est énorme.

D’où l’idée de la start up « Love your waste ». Cette dernière récupère les restes des cantines scolaires que nos chères petites têtes blondes laissent dans le coin de l’assiette faute d’appétit, pour en faire du gaz naturel. En d’autre terme, fini le gâchis. Au lieu de les laisser pourrir au fond d’une poubelle, elle transforme les trognons de pommes, rognure de jambon et autres résidus de nouilles en énergie.

L’organisation

Dans le réfectoire, une fois leur déjeuner terminé, les écoliers sont tout d’abord incités à trier leur plateau. Poubelle de gauche, les restes alimentaires, poubelle de droite, les papiers.

Ensuite, deux fois par semaine, une entreprise employant des personnes en réinsertion, vient récupérer ces déchets organiques afin de les acheminer vers une usine de retraitement. Et pour diminuer le bilan carbone, ce transport s’effectue par bateau.

Enfin dernière étape, l’étape dite de méthanisation. Les restes sont transformés en biométhane, source d’énergie écologique renouvelable et stockable, deux fois moins polluante que le charbon ou le pétrole.

Les économies

7 mois seulement après la création du projet, le 1er avril 2015, Love your waste avait transformé 1 tonne 240 kilos de déchets. Ce qui a permis de créer à peu près 440 m3 de biogaz. Soit l’équivalent de 400 cycles de machines à laver, 480 douches ou encore pratiquement 3.000 kilomètres parcourus en voiture électrique.

Bien sûr, ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan de surconsommation qui nous entoure. Mais si l’on considère qu’en moyenne, chaque écolier produit 134g de déchets alimentaires par jour et que ces chiffres sont le résultat de l’expérience dans seulement 2 écoles primaires. Ça laisse rêveur.

Aujourd’hui, elles sont plus de 10 à être dans le coup. Au passage je vous laisse juste méditer ce chiffre : 70.000 cantines en France… De quoi fonder les plus grands espoirs dans cette start-up…

Partager sur :