Toutes les émissions

Le 7h50 de Jérome Plaidi

Du lundi au vendredi à 7h20

Illustration
Illustration © Fotolia

VIDÉO | Le 7h50 L'invité du matin - Elisabeth Borne ministre des transports et de la transition écologique et solidaire

La ministre des transports est en visite ce vendredi dans le Gard, elle vient sur le chantier de la future gare TGV de Manduel, une visite annulée le 5 juillet dernier. Les travaux ont commencé en septembre 2017, le premier TGV devrait y passer fin 2019, mais le projet est très contesté.

Elisabeth Borne est en visite dans le Gard ce vendredi, la ministre des transports et de la transition écologique et solidaire vient sur le chantier de la future gare TGV à Manduel, la gare Nîmes Pont du Gard. 

Le 5 juillet denier, elle avait annulé sa venue censée être celle de la pose de la première pierre. Inauguration annulée aussi à Montpellier pour la gare de la Mogère, le maire de Montpellier ayant refusé de participer car la région n'avait pas versé à la ville ce qu'elle devait pour la construction de la gare.

Le projet de contournement Nîmes-Montpellier est très contesté, par les associations de protection de l'environnement ou le parti communiste: inutile, trop coûteux, peu pratique.

Ce vendredi, la ministre est aussi revenu sur le nombre de morts très important sur les routes du Gard : 37 à ce jour depuis le début de l'année. 

Depuis l'ouverture en décembre 2017 du contournement ferroviaire entre Nîmes et Montpellier, 60 à 70% des trains de fret empruntent la voie nouvelle. Ce qui permet de désengorger la ligne ferroviaire historique où se télescopaient trains de marchandises et de voyageurs. 

Pour Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole, la gare de Manduel devrait accueillir 1.2 millions de passagers par an. Elle devrait aussi permettre la création de 3.000 à 4.000 emplois dans les 15 ou 20 prochaines années, car la gare est associée au projet Magna Porta, qui serait une zone de services, d’entreprises et même d’un parc d’attraction sur le thème de la romanité.