J'ai testé pour vous

Nathalie Col a embarqué dans un planeur juste à côté des pistes de l'aéroport de Limoges Bellegarde
Nathalie Col a embarqué dans un planeur juste à côté des pistes de l'aéroport de Limoges Bellegarde © Radio France - -Nathalie Col

Le baptême de planeur

Aujourd'hui on prend de l'altitude avec l'Association Limousine des Sports Aériens, qui propose des baptêmes de planeur, juste à côté des pistes de l'aéroport de Limoges Bellegarde. Sensations fortes garanties. Nathalie Col a testé pour vous et réalisé son premier vol !

Sur la piste en herbe jouxtant le tarmac de l’aéroport de Limoges Bellegarde, les planeurs sont alignés en attente du décollage. Les pilotes sont en liaison radio avec la tour de contrôle pour obtenir l’autorisation de s’envoler, sachant que la priorité est donnée aux avions. En attendant, il faut s’équiper d’un parachute. « Obligatoire, en cas de collision avec un planeur, là il faudrait évacuer  ». Le pilote explique donc comment ouvrir le planeur, détacher la ceinture, et ouvrir le parachute pour une éjection en plein vol. « Mais ça n’arrivera pas  » assure-t-il en souriant. 

Pour pouvoir s'élancer, un treuil tire le planeur à plus de 100 km /heure. - Radio France
Pour pouvoir s'élancer, un treuil tire le planeur à plus de 100 km /heure. © Radio France - -Nathalie Col

Dès que le champ est libre, un câble est accroché sous le planeur, car ici ce n’est pas un avion qui nous emmène en l’air mais une sorte de catapulte géante. Un treuil tire l’appareil à plus de 100 km/heure. En trois secondes nous sommes dans les airs et 30 secondes plus tard à 300 mètres d'altitude. A partir de là, on peut commencer à admirer la vue. Mais pas question de se laisser planer tranquille, pour rester en l'air il faut chercher les courants ascendants et certains jours c'est un peu compliqué. Suivant les conditions météo, il faut parfois tourner en spirale pendant 8 à 10 minutes pour prendre de l’altitude.

"La première fois, c'est toujours un peu déroutant"

« La première fois, c’est toujours un peu déroutant  » explique le pilote qui affiche lui 37 ans d’expérience. Le corps n’est pas habitué et au bout d’un moment certains passagers sont un peu barbouillés. Dans l’habitacle, il y a d’ailleurs un petit sac prévu pour les gens qui seraient vraiment malades ! La fin du vol est plus calme et l'atterrissage se fait en douceur. La deuxième fois normalement, il y a déjà moins d'effets secondaires.  

> LA VIDEO DU BAPTEME DE PLANEUR DE NATHALIE COL

"J'ai testé pour vous" : le planeurpar francebleu-centre

Pour ceux qui veulent tester, comptez 80 euros pour un baptême de planeur à Limoges. L'Association Limousine des Sports Aériens propose aussi des formules "découverte" de trois jours et des initiations sur six jours, ou carrément des formations complètes.