Journal de guerre

Georges Rouillot, après sa blessure. Document personnel Pierre Marey.
Georges Rouillot, après sa blessure. Document personnel Pierre Marey.

Episode 5: l'angoisse

Opération spéciale à l'occasion du centenaire du début de la Grande Guerre, retrouvez le samedi et le dimanche à 10h40, sur France Bleu Belfort Montbéliard, la chronique "Journal de Guerre".

« Quelques heures de ma vie »

Chaque année, depuis 1918, les journées des 17, 18, 19 Juillet me rappellent des souvenirs ineffaçables, des moments épouvantables, une vision atroce de carnage et de sang et surtout le souvenir de mes pauvres copains moins heureux que moi. Aussi je ne résiste pas au désir de tenter de reproduire par écrit une partie de ce que j'ai vu dans ces journées si dures des attaques de juillet 1918.

Journal de guerre texte original épisode 5

"Nous sommes toujours sous terre, sans voir clair autrement que par quelques bougies. Minuit... Les hommes sont couchés, assoupis ou causent, énervés :« Ih… Ih…. naldine la Guerre, il naldine les Boches ! Grognent nos bicots ! Quelle averse ! Qu'est ce qu'on va prendre demain comme concert et musique ! gouaille un Parisien ». Et tout s'éteint, sauf le pas cadencé et régulier de l'homme qui veille pour les gaz asphyxiants. Ne pouvant dormir, je me lève, et ma bougie d'une main, presque à tâtons, je vais dans la grotte à côté essayer de voir deux « pays » pour causer un peu."

Grande Guerre Belfort photo de l'attente dans les tranchées - Aucun(e)
Grande Guerre Belfort photo de l'attente dans les tranchées - Photographe de presse inconnu. Le Miroir n°57 page 5, dimanche 27 décembre 1914