Toutes les émissions

L'actu éco

Du lundi au vendredi à 7h15 et 8h45

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Vanessa Meyer

La journée de solidarité : comment ça marche en Occitanie et ailleurs ?

Diffusion du lundi 10 juin 2019 Durée : 2min

Le lundi de Pentecôte n'est plus forcément la journée choisie par les entreprises pour financer la contribution solidarité autonomie. Comment marche cette journée de solidarité ? Combien ça rapporte ? Pour quoi faire ? Décryptage.

La journée de solidarité a été lancée après la canicule de 2003 pour améliorer la prise en charge des personnes en perte d'autonomie. Tous les Français devaient au départ travailler sans rémunération le lundi de Pentecôte pour financer l'aide aux personnes âgées et aux personnes handicapées, le salaire ou plutôt son équivalent étant reversé par les employeurs à la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. 

A partir de 2008, la loi a évolué. L'employeur peut maintenant choisir un autre jour férié ou choisir de payer la contribution solidarité autonomie et de laisser tous leurs jours fériés à ses salariés. C'est pour ça qu'il y a encore pas mal de gens qui ne travaillent pas le lundi de pentecôte.  Notez aussi que depuis 2013, la contribution s'est étendue aux retraités imposables.  

Pour vous donner une idée, cette année on estime que la contribution solidarité autonomie s'élève à 2.870 milliards d'euros. Une partie de cet argent sera reversée directement aux Epahd et aux établissements médico-sociaux. Une autre partie est reversée aux départements pour financer l'APA, l'allocation aux personnes âgées dépendantes ou la prestation de compensation pour les personnes handicapées. Cela peut permettre aussi de financer des ateliers de prévention ou des mesures d'accompagnement pour les aidants.