Toutes les émissions

L'actu éco

Du lundi au vendredi à 7h15 et 8h45

Capture écran site Adispos
Capture écran site Adispos © Radio France - Adispos

My Sam, Adispos, ces applis qui montent pour commander des chauffeurs à Toulouse et au-delà

Diffusion du jeudi 27 juin 2019 Durée : 2min

Les applis se développent pour commander des chauffeurs VTC ou des taxis. A Toulouse, la dernière née s'appelle Adispos. Sa grande soeur My Sam, elle, continue son ascension.

Aujourd'hui, quand vous voulez commander une voiture pour aller d'un point A à un point, il n'y a pas qu'Uber, surtout à Toulouse. Plusieurs applis existent. La dernière née s'appelle Adispos. Trois chauffeurs de VTC toulousains, des anciens de la plateforme du VTC, l'ont lancée il y a 2 mois, avec quelques nouveautés par rapport à ce qui existait jusque là. Younès Kettani, l'un des associés explique qu'elle permet de "commander un VTC ou un taxi" et qu'il y a "une option pour les clientes femmes qui cherchent à être conduites par une femme".

Adispos affiche aussi une meilleure rémunération de ses chauffeurs que d'autres applis, avec 15% de commission contre 25 chez le concurrent américain. Reste à savoir si il y a vraiment la place pour tout le monde, car il existe aussi des applis pour les taxi comme "capitole taxi" ainsi qu'un autre mastodonte : My Sam.  

My Sam a été lancée à Albi en 2016 par Pierre Rosi. Il a testé ensuite sa formule à Toulouse, avant de partir à l'assaut du territoire français. Aujourd'hui My Sam est présente dans 50 agglomérations, avec 5000 chauffeurs. Pierre Rosi affiche lui aussi sa différence : "nous, notre client, c'est le chauffeur. On est un assistant personnel communautaire, on est là pour aider le chauffeur à se développer et à gérer sa propre clientèle". Sur l'appli, le client peut choisir son chauffeur et là aussi la commission est réduite. Cette formule a l'avantage de marcher aussi dans des villes de tailles moyennes sur tout le territoire, et va se développer à l'étranger. My sam vient de lancer une levée de fond auprès des chauffeurs, pour qu'ils deviennent actionnaires et permettent à la société de s'implanter en Espagne ou encore en Italie.