Replay du jeudi 25 juin 2020

Histoire : Simone Veil, d'Auschwitz à la tribune de l'Assemblée Nationale

Parmi les figures de l'histoire de France, Simone Veil − tatouée 78 651, du numéro que l'enfant de 16 ans Simone Jacob portait à Auschwitz-Birkenau − restera à tout jamais la ministre à l'origine de la loi du 17 janvier 1975, d'ailleurs dite loi Veil, qui révolutionnera les mœurs.

Simone Veil à la tribune de l'Assemblée Nationale en juin 1974
Simone Veil à la tribune de l'Assemblée Nationale en juin 1974 - Dominique Parreaux

Théorème de Pythagore, Bataille de Waterloo, accords de conjugaison, éléments de grammaire, ou même séances de sport, l'École France Bleu Besançon sonne chaque jour à 8h26, et ce n'est pas juste pour faire classe !

Frédérique nous raconte l'histoire d'une femme qui en changera le cours : Simone Veil, alors ministre de la santé, a notamment présenté un projet de loi en faveur de l'IVG le 26 novembre 1974, devant un parlement composé de 480 hommes pour 9 femmes seulement. La loi du 17 janvier 1975 allait changer le pays.

Je savais que les attaques seraient vives, mais je n'imaginais pas la haine que j'allais susciter

En partenariat avec le CLEMI (Centre pour l'Éducation aux Médias et à l'Information)

Simone Veil de retour sur les rails de son passé : devant le camp d'Auschwitz (Pologne), le plus grand camp de concentration, de travail forcé et d'extermination du Troisième Reich
Simone Veil de retour sur les rails de son passé : devant le camp d'Auschwitz (Pologne), le plus grand camp de concentration, de travail forcé et d'extermination du Troisième Reich - Dominique Parreaux
Mots clés: