Replay du jeudi 1 janvier 1970

BLEU NATIO WEB - Edito. avec la future loi sur la famille, l'enfant du divorce pourra être entre deux logements.

Mis à jour le

Tous les matins retrouvez le billet de Jean-Laurent Bernard, un regard aiguisé sur l'actualité.

L'édito de Jean-Laurent Bernard
L'édito de Jean-Laurent Bernard

Avec la future loi sur la famille, l'enfant du divorce pourra être entre deux logements, bonne ou mauvaise idée ?

Bonne idée évidemment, mais sur papier ! C'est bien la grande difficulté de cette loi qui est censée améliorer et surtout décider de l'avenir des enfants et des ex-époux après un divorce sans pour autant pouvoir prendre en compte toutes les situations pour la simple raison qu'il y a de l'humain et de la passion lorsque des parents décident de se séparer. On peut comprendre la panique des pédiatres et autres spécialistes de la famille à l'idée qu'un enfant surtout très jeune, promène sa valise de l'appartement de maman à l'appartement de papa selon un principe de stricte égalité voulue par le législateur. Mais on doit entendre aussi les pères notamment souvent écartés par la justice dès qu'il s'agit de choisir la résidence principale. On sait bien que si le divorce se passe mal, il n'est pas rare que les enfants deviennent acteurs des aigreurs voire des vengeances entre les ex. Toute l'ambition depuis des années est d'éviter à l'enfant d'être victime deux fois. D'abord parce que ses parents ne sont plus ensemble et il a en a besoin et ensuite lorsqu'il devient enjeu des tensions entre adultes. On pourrait se rassurer en pensant aux séparations qui, façon de parler, se passent plutôt bien pour tout le monde. Sauf que la loi doit prévoir presque tous les cas de figure, d'où ce principe posé de la double résidence. En souhaitant que le bon sens reste le socle de toutes les décisions à venir qui ne pourront s'affranchir d'une réalité assez simple, un enfant très jeune a besoin d'un parent référent en cas de divorce. Le plus souvent c'est la maman disent les juges. Et ce n'est pas simplement une question de logement.