L'édito de Jean-Laurent Bernard

BLEU NATIO WEB - Edito. La France reste en Centrafrique : union sacrée ?

Podcasts :
L'édito de Jean-Laurent Bernard

Tous les jours, Jean-Laurent Bernard, le rédacteur en chef de France Bleu Provence, réagit à un fait d'actualité. Retrouvez son édito.

La majorité des parlementaires n'a pas osé lâcher le gouvernement dans cette périlleuse épopée africaine . Même à gauche on critique l'impréparation de l'opération Sangaris. La France est partie bille en tête pour découvrir un peu tard que la situation à Bangui est infiniment plus compliquée que ne le laissaient penser les jolies déclarations de circonstances et ensuite, nous sommes tout seul ou presque à vouloir rétablir l'ordre dans un pays enfoncé dans une violence dramatique.

Comme pour le Mali, nos dirigeants savent bien qu'il n'y a pas grand bénéfice électoral à espérer dans ces croisades à travers le monde . Une majorité de français reproche au président de la République d'aller défendre la justice hors des frontières alors qu'il y aurait tant à faire sur le sol national. Sans parler de la facture, forcément douloureuse quand les comptes publics sont bien enfoncés dans le rouge.

Seulement voilà, il n'y a pas d'indignité à refuser de fermer les yeux et les oreilles au prétexte que ces guerres ne nous concerneraient pas. La mondialisation génère son lot d'envieux toujours prêts à reprocher notre développement et notre richesse.

Il est illusoire une fois de plus de nous croire à l'abri derrière des frontières qui n'existent plus. Comme pour Kiev, à Bangui ou Bamako, nous ne pouvons pas mettre la tête dans le sol pour masquer nos peurs dans une fausse ignorance.

Agir c'est prendre des risques, notamment celui de l'impopularité . Ne rien faire pour ne pas être dérangé c'est accepter de n'être responsable de rien dans un monde qui ne cesse de frapper à notre porte.

Edito Bernard 26.02.14 - BLEU NATIO WEB