L'édito de Jean-Laurent Bernard

Edito - Finalement, la politique n'est-elle qu'une affaire de papa ?

Podcasts :
L'édito de Jean-Laurent Bernard

Tous les partis semblent orphelins d'un père. Certains aimeraient le voir s'effacer d'autre le cherchent désespérément. Des histoires de famille qui en disent long sur l'impréparation des successions.

Depuis quelques semaines on a l'impression que la vie politique se résume à une absence psychanalytique de papa. Au parti socialiste, certains réfractaires auraient bien aimé en découdre avec papa Hollande. Mais le président reste drapé dans sa dignité et entend soumettre ses fils rebelles à sa seule volonté quel que soit son bulletin de santé dans les sondages. A l'UMP, les prétendants à la présidence ou à l'investiture vers la présidentielle ont à peine réussi à se débarrasser de Jean-François Copé le fils ainé qu'immédiatement papa Sarkozy s'agite en coulisses en rappelant qu'il est le chef spirituel et qu'il agira selon son bon plaisir si par hasard l'envie le reprenait d'y penser lorsqu'il recommencera à se raser le matin.

Le Front National, de père en fille

Au Front National, papa Le Pen poursuit ses frasques verbales au point se faire rappeler à l'ordre par sa fille. Marine aimerait pousser Jean-Marie loin du champ de ses ambitions mais le président d'honneur s'arcboute, plus papy que papa et entre en résistance en clamant son désespoir et sa rupture avec celle qui rêve de couper enfin le cordon. Au centre, l'UDI est orphelin de papa Borloo. Le bal des candidats est moins audible mais il déchaine quelques passions finalement peu bruyantes et à la hauteur du poids des centristes.

Les notaires avaient pourtant prévenu

En fait ces histoires de famille sont parfaitement dans la tonalité de ce que répètent à l'envie tous les notaires. Ah, votre famille s'entend bien, c'est normal elle n'a pas encore hérité ! Ces guerres de succession finissent rarement bien, puisque la plupart du temps il ne suffit pas de se débarrasser de papa mais aussi de quelques frères et soeurs bien décidés à faire valoir leurs droits.