L'édito de Jean-Laurent Bernard

Edito - Lorsque Jean-Marie Le Pen utilise certains mots, faut-il immédiatement parler de dérapage ?

L'édito de Jean-Laurent Bernard

Jusqu'où le père pourra-t-il provoquer la fille ? Le Front National n'osera sans doute jamais interdire à Jean-Marie Le Pen de parler. Alors, il lui faudra supporter d'autres provocations et dérapages.

Bien sûr que oui et sans hésitation. Pour au moins deux raisons, l'ancien président du Front National traine un lourd passé et passif dans le domaine de la provocation. Son âge ne le rend pas moins intelligent et il sait parfaitement ce qu'il dit et fait. D'autre part, après le dramatique et célébrissime "Durafour crématoire" qui lui a valu d'être condamné, Jean-Marie Le Pen ne peut pas déclarer à propos de Patrick Bruel qui ne se gêne pas pour le critiquer : "on fera une fournée la prochaine fois". Patrick Bruel est juif, monsieur Le Pen n'a tout simplement pas le droit de faire ce genre d'allusion repoussante. Il connait très bien l'ambiance actuelle en France et en Europe, la montée des communautarismes ou des racismes, quels qu'ils soient.

Peu de réactions au FN, difficile de s'en prendre au président d'honneur

Ce énième dérapage n'est pas une surprise et il le laisse le Front National muet malgré quelques réactions venues de ses propres rangs que l'on devine relativement courageuses. Qu'on ne s'y trompe pas, Jean-Marie Le Pen est aujourd'hui un caillou dans la chaussure du Front National. Certains adhérents lui pardonnent tout en adhérant probablement à ses frasques mais d'autres que Marine Le Pen rassemble, voudraient effacer une bonne fois cette image que leur parti a revendiqué pendant tant d'années. Il ne peut y avoir de demi-mesure dans ce domaine, très diplomatiquement la fille s'est parfois émancipée du père, cette fois à un moment où le FN fait tout pour se normaliser, en France comme en Europe, il semble urgent de dire au plus prestigieux des militants qu'il ne saurait y avoir d'exception et que des mots peuvent aujourd'hui encore scandaliser voire même tuer.