Replay du dimanche 25 avril 2021

Après un gel tardif au jardin, que faire ?

Ce printemps 2021 a fait de gros dégâts dans les cultures, comment sauver ce qui est encore possible ?

dégâts du gel sur kaki
dégâts du gel sur kaki - Jacques Ginet

Les dégâts du gel noir sont visible assez vite mais il faut parfois attendre plusieurs semaines pour estimer les dégâts

La majorité du territoire de la France métropolitaine en matière de météorologie se situe sous un régime tempéré avec influence océanique.
Contrairement aux climats continentaux ou aux climats de mousson, les saisons chez nous ne sont pas marquées de façon très nette. Il y a souvent des périodes plutôt chaudes en automne et hiver (l’été de la saint Martin et l’été Indien par exemple) comme un retour du froid au printemps (lune Rousse, saint de glace). 

Les services météorologiques ont fait de gros progrès ces dernières décennies en matière de prévision, mais ils n’ont pas le pouvoir de changer le temps qu'il fera. 

Gels blancs et gels noirs

Le gel blanc

La plupart du temps,  les retours de froid sont ponctuels et relativement limités : les gelées blanches qui sont dues à des descentes d’air froid d’altitude, plus lourd que l’air chaud, comme le ferait une pluie.
Ces phénomènes ont lieu en principe en fin de nuit ou au lever du jour où un phénomène d’inversion de température est parfois constaté.
Ces gels se limitent à quelques degrés en dessous de zéro pendant une durée limitée à quelques heures, et pour cela il existe des techniques préventives pour protéger les cultures.
Ce gel n'a pas le temps de pénétrer profond dans les tissus des plantes.

Impact léger du gel sur Hydrangea
Impact léger du gel sur Hydrangea - Jacques Ginet

Le gel noir

Plus grave, c’est un épisode où les températures descendent plus bas, souvent en dessous de -5° et sur des périodes plus longues, une nuit entière parfois suivie des températures négatives en journée. Les tissus sont souvent marqués par un tel épisode. L'eau se cristallise dans les cellules et les font éclater.

Gel sur rameaux de plaqueminier
Gel sur rameaux de plaqueminier - Jacques Ginet

Dans ce cas de figure, les arbres et arbustes, qui ont normalement les moyens naturels de résister en hiver, ont démarré.
Les bourgeons ont éclos et les jeunes feuilles ne sont pas encore assez mures pour résister et sont détruites par le froid.
Dans ce cas il faudra attendre que le végétal lève la dormance des yeux qui sont en train de s’annihiler naturellement et fasse démarrer ses yeux dits latents. Cela prend du temps, plusieurs semaines.
Dans ces conditions l’homme n’a pas de moyens de prévenir ni de lutter contre ces dégâts qui sont irréversibles. Il faut attendre la réaction des végétaux pour supprimer ce qui a été détruit. 

Les protection des cultures contre le gel blanc

Le gel blanc étant dû a un phénomène d’écoulement froid de courte durée, on peut trouver des parades.

Les réchauds et bougies :

Ce sont des techniques plutôt utilisés en vergers qui permettent de faire remonter la température de quelques de grés au niveau des 2 premiers mètres afin de limiter la perte de fleurs ou le phénomène de fausse fécondation*.

Réchauds sur vigne
Réchauds sur vigne © Getty

Pulvérisation d’eau chaude  ou de vapeur et le brassage de l’air

Procédés plutôt utilisé en viticulture avec des enjambeurs pour l’eau chaude, ou des petites éoliennes.

Aspersion d’eau,

L’eau en gelant sur les fleurs et les bourgeons libère une grande quantité d’énergie et maintient la température des organes sensibles à un niveau acceptable.
De plus la pellicule de glace qui se forme a des propriétés isolantes.
Cette technique demande une bonne maitrise tant au niveau de la grosseur des gouttes que du débit de l’eau. Mais cette technique ne peut être utilisée que pendant une courte durée.  

Les textiles de protection

Qui  sont des tissus non tissés, perméables à l’air mais suffisamment déperlants pour faire « glisser » le froid à côté de la culture. Cette protection se limite à 2 ou 3 degrés.

le paillage et le buttage.

C’est bien connu, le paillage isole bien dans l’ensemble avec toutefois des variations suivant le matériau.
Quant à la terre, c’est un très bon isolant compte tenu de son inertie thermique. C’est par exemple un bon moyen de protéger un semis sortant ou de jeunes pommes de terre.

Malgré le paillage quelques marques de gel sur pommes de terre
Malgré le paillage quelques marques de gel sur pommes de terre - jacques Ginet

Comment réagir après le gel ?

Les dégâts du gel noir sont visible assez vite mais il faut parfois attendre plusieurs semaines pour estimer les dégâts et savoir ce sui pourra repartir mais en général la floraison est la partie de l'arbre la plus vite détruite et par conséquent la production de fruit est la première à souffrir d'un gel tardif. 

Il est donc important d'attendre parfois un mois que des bourgeons réapparaissent, avant de tailler et supprimer ce qui pourrait être encore vivant. 

*Fausse fécondation : le froid a un effet sur les hormones des fleurs qui ne gèlent pas forcément mais par un phénomène de stimulation "font croire" à la fleur qu'elle est fécondée.

Posez toutes vos  questions au cours de l’émission jardinage le dimanche matin sur France  bleu Isère de 9 heures à 10 heures en appelant au 04 76 46 45 45
 

Mots clés: