Replay du dimanche 24 janvier 2021

Comprendre la taille des arbres fruitiers au jardin

- Mis à jour le

Un arbre fruitier n’est pas naturel, il est issu d’une longue série d’hybridation et de sélections de la part de l’homme. Il est nécessaire de comprendre comment il vit pour pouvoir le tailler correctement.

Un cerisier en forme naturelle, plusieurs fois taillé
Un cerisier en forme naturelle, plusieurs fois taillé - Jacques Ginet

Comment fonctionne un arbre ? Comme un royaume.

On peut faire un parallèle entre l’organisation des parties aériennes d’un arbre et un état féodal.

Au sommet il y a un bourgeon terminal qui peut être assimilé au monarque. 

C’est lui qui assure la cohésion de l’état avec son entourage de ministres et conseillers. Il a des vassaux qui dominent chacun une partie du pays mais qui sont assujettis au roi.

De même ces ducs et comtes ont eux-mêmes des vassaux, la petite noblesse terrienne, qui leur est assujettie et qui, chacune pour sa part assure la gestion d’un domaine.

Enfin il y a le peuple, les sujets qui travaillent et produisent les biens de consommation. Ils contribuent à croissance et à la survie de leurs seigneurs et du roi. 

Le  jeu des hormones

Dans un arbre fruitier, il y a un bourgeon terminal situé sur l’axe principal qui par un jeu d’hormone contrôle les autres branches.

Les branches charpentières "obéissent" au monarque et par le même jeu hormonal les petits rameaux sont assujettis aux branches.  

Eviter de couper la tête

Quand on coupe la tête d’un arbre on détruit cet ordre, c’est la guerre entre les vassaux pour prendre le pouvoir et cela a des effets très délétères pour l’arbre. 

Il ne faut pas oublier que pour produire des fruits, l’arbre doit les porter et donc avoir une charpente solide et bien proportionnée.

La taille est donc une technique, c’est même un art, qui permet à un arbre de croître harmonieusement et de produire des fruits.

Comment construire un arbre ?

La charpente prolonge le tronc au moyen de l'axe.

Les branches charpentières doivent être dans un cône virtuel proche de la forme naturelle de l'arbre mais en "aiguisant" les terminaisons.

Cela revient à réduire fortement les branches qui naissent près de l'œil terminal afin qu'elles ne le concurrencent pas.

Aération 

Il faut conserver des espaces libres, sans ramification, entre les branches charpentière pour permettre la circulation de l'air.

Une charpente bien aérée est moins sensibles aux parasites.

Il faut vider le coté intérieur des charpentières en supprimant les "gourmands", rameaux poussant très vivement vers le haut.

Enfin, équiper et tailler les ramifications fruitières en fonction de la variété et de la capacité de l'arbre à produire de beau fruits. Plus il y a de fruits, moins ils sont gros et parfumés.

Retrouvez l’intégralité de cette chronique en écoutant ce podcast.

Mots clés: