Replay du dimanche 11 avril 2021

Les pucerons

- Mis à jour le

A peine la végétation a-t-elle démarré que les pucerons sont là pour se nourrir de la sève abondante des jeunes pousses. Comment protéger nos cultures ?

Aphis neri sur lauriers roses
Aphis neri sur lauriers roses - jacques gient

Le « puceron », un parasite  universel. 

Il faudrait dire les pucerons, car les espèces de ces insectes piqueurs présents dans le monde se comptent par milliers ; parmi eux 400 parasites des cultures vivrières dont plus d’une centaine en France. Ils prennent différentes formes et de nombreuses couleurs allant du vert clair au jaune ou au rouge, du gris clair au noir avec parfois un duvet cireux.

Les dégâts,

Souvent un enroulement des feuilles, parfois des crispations ou des galles avec des colorations, surtout une perte de vigueur. Parfois ils sont aussi vecteurs de virus.

premiers signes d'une ttaque de pucerons sur groseillier
premiers signes d'une ttaque de pucerons sur groseillier - jacques ginet

Leur taille varie selon les espèces de 1 à 5mm.
Le principal signe distinctif est la présence de cornicules sur l’abdomen.

Une autre particularité, les générations aptères (sans ailes) sont exclusivement composées de femelles parthénogénétiques (n'ayant pas besoin d'être fécondées), qui naissent déjà gravides, un peu comme des poupées russes (matriochka). Chaque femelle peu pondre de 100 à 300 œufs sur une durée de vie de 3 semaines environ.

Ensuite, apparaissent les générations ailées avec des mâles qui vont pouvoir essaimer sur d’autres plantes. 

Certaines espèces comme Pemphigus populi ont besoin de deux hôtes, une première génération dans des galles sur le pédoncule des feuilles de peuplier, les suivantes sur les racines de plantes herbacées comme les salades. Très difficiles à combattre. 

Comment protéger nos cultures ? 

Bien souvent c’est en ne faisant rien ! Il faut éviter de traiter surtout avec des préparations bio maison (purins d’ortie, de consoude, de rhubarbe, jus d’ail) car leur effet est répulsif et elles repoussent aussi tous les auxiliaires. Sans ennemis les pucerons peuvent encore mieux proliférer.

Et ces auxiliaires sont nombreux au printemps dans les jardins, souvent beaucoup plus efficaces que la légendaire coccinelle commune. 

Les prédateurs

Les syrphes 

Larve et adulte de différentes espèces de syprhes
Larve et adulte de différentes espèces de syprhes - jacques ginet

La Chrysope

Eclosion de larve et adulte de chrysope, la demoiselle aux yeux d'or
Eclosion de larve et adulte de chrysope, la demoiselle aux yeux d'or - jacques ginet

La cécidomyie des pucerons, Aphidoletes aphidimyza

Minuscule larve de cécidomyie des pucerons, Aphidoletes aphidimyza
Minuscule larve de cécidomyie des pucerons, Aphidoletes aphidimyza - jacques ginet

La coccinelle des friches, Hippodamia variegata.

Hippodamia variegata boulottant un puceron des apiacées
Hippodamia variegata boulottant un puceron des apiacées - jacques ginet

Sur les apiacées, ici le fenouil, on trouve des pucerons qui ne vont pas sur d'autres familles de plantes. Par contre les coccinelles des friches, s'en nourrissent et vont ensuite sur les autres cultures pour pondre.

Les parasitoïdes. 

le Praon volucre

Momie de puceron parasité par un Praon volucre en  train de se métamorphoser
Momie de puceron parasité par un Praon volucre en train de se métamorphoser - jacques ginet

Le Praon est un ectoparasitoïde des pucerons. Sa tète est à l'intérieur du corps du puceron mais le reste est sous l'insecte parasité. Pour se nympher (transformer en adulte volant) il construit une sorte de "jupe" de protection sous son hôte. Le puceron est mort et n'a pas pu se reproduire.

Aphidius colemani et ervi, Lysiphlebus

Aphidius, adulte en ponte, momie de puceron en cours de nymphose et éclose
Aphidius, adulte en ponte, momie de puceron en cours de nymphose et éclose - jacques ginet

Aphelinus abdominalis

Puceron parasité par Aphelinus abdominalis en présence d'un prédateur, un Scymnus
Puceron parasité par Aphelinus abdominalis en présence d'un prédateur, un Scymnus - jacques ginet

Observer, apprendre à les connaitre et les reconnaitre vous aidera vraiment dans la gestion de votre jardin. 

Posez vos question sur le jardin, apportez votre témoignage, sur France bleu Isère le Dimanche matin de 9 heures à 10 heures au 04 76 46 45 45 au cours de l'émission jardinage.