Replay du mardi 19 janvier 2021

L’Happy hour, le chanteur Michel Avallone

- Mis à jour le

Riche d'un parcours qui l'aura mené de sa ville de Sète jusqu'en Haute Loire, le chanteur Michel Avallone est un artiste pur jus. Un de ces poètes qui caresse les mots. On le découvre dans l'happy hour de ce Mardi

Michel Avallone
Michel Avallone © Radio France

Il y a dans l'air, son nouvel album

Il y a dans l’air… Comme un souffle, un air de liberté. Ça respire le naturel, l’éclectisme musical, textuel, l’anticonformisme et plein d’autres choses en ismes !
Casquette de ses aïeux-marins vissée sur son crâne d’humain, voici Michel Avallone, voix chaude aux aspérités bien singulières. Entre les failles, les mailles de son filet troué, s’échappent ses chansons d’humour, d’espoir, d’amour. Refrains satiriques qui mettent à la voile gonflée de bons, d’absurdes, d’authentiques mots sur les maux, les travers et les bienfaits de notre époque qui parlent à notre esprit, cinglent nos plexus, nous concernent, font frémir nos zygomatiques. Et d’une rive à l’autre nous voilà matelots, corsaires, mutins, frères de bord.
L’album et le spectacle de Michel Avallone sont traversés par des courants d’airs chauds, des bourrasques électriques, des mers d’huile pour méditer, du swing manouche à 40 nœuds, du rock pas dur mais pas mou non plus, des brises acoustiques, des alizés dansants, des soupirs pour souffler sur les braises de l’avenir …
Il est accompagné avec talent et jovialité par Claude Delrieu à la guitare électrique et à l’accordéon.

Il était une fois...Michel Avallone

Michel Avallone pousse son premier cri à Sète. Adolescent, il étudie la musique et la guitare, publie ses poèmes Iles d’or où battait la lune et fait la manche sur les quais de l’île singulière avec le répertoire de Lavilliers, Renaud, Brassens, Brel... Il écoute aussi du Hard-Rock (AC/DC), du rock (Téléphone, Ange, Thiéfaine…) De la Pop (Queen, Pink Floyd...) 

Installé un temps à La Réunion, il enseigne la guitare, compose ses premières chansons et touche au jazz. De retour à Montpellier en 1995, c'est sous le nom d'Avalon (plus facile à retenir et à écrire !) qu'il chante ses propres textes.

En 1999, il grave le spectacle Romance de la lune composé sur des poèmes de Prévert, Apollinaire, Lorca, Laforgue, et joué au festival off d’Avignon puis en tournée.

En 2006 : Parmi les étoiles. Michel Avalon est tel un chat

à la voix chaude, avec des goûts de poésie sans chichi. Entouré de cordes (Hervé Krief), d'accordéon (Lionel Suarez), de cymbales (Bernard Rességuier) et de flûte traversière (Pierre Mimran), avec Jean-Pierre Fourment fidèle à la contrebasse, il fait le tour de chant comme le chat sur le bord du toit, en équilibre subtil. Attentif mais sauvage, sociable mais obstiné, il veille à gratter sa guitare

Sans la caresser dans le sens du poil. Les guitares n’ont pas de poil ? Mais certains chanteurs n’ont pas de texte, pas de musique et pas de voix non plus, alors…

En 2008 : Dans nos mains,. "Voilà, un bouquet de mots / Orné par des notes / Voici, un bouquet de notes / Lié par des mots".l'auteur-compositeur pose une voix qui imprime chaleur et mystère. Il se fait tout à la fois jazzman, manouche, brésilien, îlien, valseur… Qu'il aborde l'amour,

2013 : De toutes les couleurs. Toujours avec Claude Delrieu à l’accordéon et aux guitares, banjo, basse, percussions, Michel Avalon livre, avec sa voix sans fard et sa guitare, des reprises du Ferré de toutes ses époques, des années 50 aux années 80. En tournée depuis 2002, le spectacle hommage, assez recomposé dans les titres, est souvent renouvelé dans les arrangements. Dorine Duchez y collabore talentueusement avec accordéon, percussion, chant. 

Une tournée en préparation

En 2021, on célèbrera le  CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE G. BRASSENS 

Et à cette occasion on vous retrouvera sur scène le plus vite possible on l’espère avec votre spectacle « L’éternel estivant » agrémenté de nouvelles chansons, d’une mise en scène remodelée et avec un trio qui deviendra quartet avec le  bassiste Etienne Lenova

brassens
brassens © Radio France
Mots clés: