Replay du lundi 10 août 2020

Deux danseurs internationaux ouvrent une école tout public à Saint Étienne

- Mis à jour le

Le Studio Patricia Martin de Saint Étienne s'associe à deux professionnels de la danse pour des cours tout public et multi-disciplines

L'Happy Hour
L'Happy Hour

Un couple à la ville comme à la scène

Bercés par l'art et la danse depuis tout petits, Laura Patay et Nicolas Vendange ont commencé très tôt la pratique de la danse mais aussi de la gymnastique rythmique et sportive dans le cas de Laura avec une réelle volonté d'en faire un métier plus qu'un loisir. Alors qu'elle passe par le Conservatoire de Lyon puis la Manufacture d'Aurillac, c'est finalement à l'Ecole Supérieure d'Enseignement de la Danse à Montpellier que nos jeunes danseurs se croiseront pour ne plus se lâcher au fur et à mesure d'un parcours commun et qui les emmènera sur de nombreuses scènes européennes.

Laura Patay et Nicolas Vendange sur scène
Laura Patay et Nicolas Vendange sur scène -

De retour à Saint Étienne pour partager

La mère de Nicolas enseignait déjà dans le studio stéphanois de la rue de la Résistance quand il était petit et c'est comme un retour au source après une dizaine d'années de carrière à danser que le tout jeune couple décide de s'associer au Studio Patricia Martin pour y proposer un regard neuf sur la pratique de la danse et dont l'accès se veut tout public mais aussià une clientèle plus masculine. Ainsi, la pratique du cardio, yoga, souplesse prendra sa place en plus de rencontres avec des artistes-amis en résidence pour partager avec leurs élèves une seule et même passion.

Gestes barrières et danse ne sont pas incompatibles
Gestes barrières et danse ne sont pas incompatibles © Getty -

Bien que les mesures sanitaires liées au Covid soient toujours d'actualité, un espacement permettra à chaque participant de trouver confort et sécurité pendant chaque cours et ce quelle que soit la discipline choisie.

Retrouvez l'actualité et les informations sur le site du Studio Patricia Martin de Saint Étienne

Mots clés: