Replay du mercredi 26 décembre 2018

1950, les usines Dassault à Mérignac tournent à plein régime

La France est en pleine reconstruction

le bimoteur Dassault 315
le bimoteur Dassault 315

J’évoquais lundi l’affaire Cominetti, entrepreneur de spectacle bordelais condamné à la Noel 1948 pour trahison de la Résistance. Deux ans après, en février 1950, une nouvelle information judiciaire est ouverte à propos de Cominetti, qui porte cette fois sur le pillage d’une quantité importante de rhum et d’objets mobiliers, dans les jours qui ont suivi la Libération de Bordeaux, en août 1944. Autres suites de la guerre, le même jour de décembre, mais en 1950 , le ministre de l’air monsieur Maroselli arrive à Mérignac accueilli par Marcel Dassault, que Sud-Ouest appelle encore Bloch-Dassault. 

L’ingénieur, rescapé des camps de la mort, présente au ministre un nouvel appareil, le « Dassault 315 », bimoteur sorti des usines de Talence. Démonstration en vol, inspection de la nouvelle usine Dassault en chantier à Mérignac. Le nouvel appareil est destiné aux liaisons de « l’Union Française », entendez l’empire colonial de la France. On est en 1950 et sur la même « Une » de la presse locale, on annonce en caractère gras que « Abd el Krim menace de faire appel à L’Union soviétique pour la libération de l’Afrique du Nord ». A cette époque on écrit le mot « libération » entre guillemets, lorsqu’il s’agit des colonies. Le Maroc et la Tunisie seront indépendants au milieu des années 50. En 54, la guerre d’Indochine se termine et celle d’Algérie commence.