Toutes les émissions

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Charles Domercq fût aussi un grand joueur de rugby
Charles Domercq fût aussi un grand joueur de rugby - © rail et mémoire

A Bordeaux, vous connaissez la rue Charles Domercq, mais connaissez-vous l'homme ?

Diffusion du jeudi 5 avril 2018 Durée : 2min

J’évoquai mardi le bâtiment art déco du Tri Postal de la Gare Saint-Jean, rue Charles Domercq...Il est temps de rappeler que Charles Domercq n’est pas une rue mais un héros de l’ombre.

Il est mort atrocement torturé par la Gestapo, le 22 juillet 1944. Son corps mutilé envoyé à l’hôpital du Becquet, fut enseveli dans une boîte au cimetière Saint Bris de Villenave d’Ornon. Sa dépouille fut retrouvée après la Libération sous un nom tronqué et des obsèques furent alors organisées. Charles Domercq était né en 1897 à Saint-Paul-les-Dax. Après la grande guerre qu’il termine comme lieutenant, il entre à la Compagnie du Midi, débute à Laluque, puis Hagetmau, Ychoux, Dax et Bordeaux où il devient sous chef de gare principal. Membre de plusieurs réseaux de Résistance dés 1940, organisateur de filières d’évasion par les Pyrénées, il transmet aussi d’importants renseignements à Londres. C’est grâce à lui que la gare St Jean ne sera pas bombardée par les Alliés. Dénoncé il est arrêté par les allemands le 12 juillet 44, à son domicile du 55 rue Fieffé. Il rentrait de son service de nuit. Il ne parlera pas, malgré la torture : le médecin du Fort du Hâ constate une fracture du crâne, les dents cassées, une orbite énucléée, les parties génitales tranchées, les tibias cassés à coup de barre de fer, le dos zébré de coups. Le Fort du Hâ se trouve à quelques minutes de l’Hôtel de ville de Bordeaux entre Palais de justice et Faculté de Droit. Encore un mot : Charles Domercq avait été dans les années 1910 un brillant joueur de rugby à l’Aviron bayonnais. En 1913, à 17 ans, il soulève avec son équipe le bouclier de Brennus des champions de France. Photo de l’équipe de ce qu’on appelait à l’époque le football-rugby à la Une de « Le Plein Air », revue de tous les sports, 10 centimes, 24 avril 1913. Pour prolonger l'histoire de Michel Cardoze, vous pouvez lire cet article de rail et mémoire.