Replay du vendredi 29 décembre 2017

Comment contourner Bordeaux ?

- Mis à jour le

Dès 1981, on évoquait déjà le grand contournement de l’agglomération bordelaise

La rocade bordelaise saturée
La rocade bordelaise saturée © Radio France

L’asphyxie de la rocade par le trafic routier en direction et en provenance du sud européen est une vieille affaire : en décembre 1981, le Conseil général de la Gironde, son président le député Bernard Madrelle, commentait les résultats d’une étude concluant à la construction d’un pont sur l’estuaire entre Blaye et le médoc…Une consultation avait été organisée pour départager les partisans d’un pont à la hauteur du Verdon-sur-mer et ceux de la solution médiane entre Blaye et presqu’île médocaine. Six bureaux d’étude sont consultés. Cinq d’entre eux concluent à la solution Blaye-Médoc. Le projet de ce pont inclue celui d’une super rocade, contournant Bordeaux par l’ouest et raccordée à l’A 63 vers l’Espagne. 

Parmi les arguments en faveur du Pont Blaye-Médoc le poids du tourisme en direction des plages de Lacanau, Carcans, Hourtin. Curieusement, il n’est pas question des vignobles du médoc . Sont-ils impactés et comment par ce projet ? On est en 1982. Plus de vingt ans après, en 2008, un projet de franchissement de l’estuaire, à peu près le même qu’en 1982, met le feu au vignoble de Margaux et de l’appellation haut-médoc, dont les parcelles prestigieuses sont amputées, sur le papier, par le débouché autoroutier du pont imaginé.  Le projet de 2008 est abandonné. On en reparle aujourd’hui, côté Entre-deux Mers. Il y a aussi des vignes. Et déjà des camions.