Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 7h55

A Arès, il y a un Boulevard javal, mais pourquoi ?

Le Boulevard Javal à Arès

Il y a un boulevard Javal à Arès. Là se trouvent les traces de l’aérium d’Arès, établissement de cure fondée en 1897 par la fille d’un personnage multiple, Leopold Javal.

A Arès, il y a un Boulevard javal, mais pourquoi ?

Homme d’affaire puissant, entrepreneur tous azimuth, ce natif de Mulhouse va se passionner pour les landes du bassin d’Arcachon. Il achète 690 ha à Andernos en 1847. Ses propriétés iront jusqu’à 3000 ha centrés sur Arès. Il plante des pins, exploite la résine, fore des puits pour alimenter les communes en eau potable et éradiquer la tiphoide. Il sera conseiller général d’Audenge, député de la Gironde et peu à peu s’oppose au Second Empire. L’aérium d’Arès, fondé par sa fille, Sophie Wallerstein, est menacé en 1942 par les lois anti-juives du régime de Vichy. Sophie Wallerstein attribue tous les biens de sa Fondation à la Croix Rouge et sauve ainsi l’établissement. Après la guerre, l’oeuvre initiale connaît des fortunes diverses, des pillages et des transformations ; grâce à un classement en 2000, subsistent aujourd’hui l’aérium et la maison de santé, intégré merveilleusement au paysage marin et forestier. Pour en savoir plus, lisez Le Festin Hors série « Le Bassin d’Arcachon en 101 sites et monuments »

Partager sur :