Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 7h55

Michel Cardoze raconte un drole d'accident vers Lastrene

Michel Cardoze

Début du XX° siècle, la voie ferrée Bordeaux-La Sauve Majeure court au bas de Bouliac, et croise un chemin, le chemin de Vimeney.

Michel Cardoze raconte un drole d'accident vers Lastrene

Au passage d’un train, une voiture à cheval est broyée avec ses passagers, c’est la voiture de M. Edouard Louit, industriel chocolatier. Son épouse meurt sur le coup. Il y a 6 blessés. Le passage n’est pas protégé, pas de barrière, pas de garde. Au terme d’un procès, le mécanicien du train et le cocher de la voiture à cheval seront déclarés coupables. Le premier parce qu’il n’a pas assez joué de son sifflet pour prévenir les usagers de la route qui croise la voie ferrée ; le second pour ne pas avoir entendu le dit sifflet, et vu la fumée de la machine à vapeur du train qui s’approchait. Pire, le cocher, lui, sortit indemne de l’accident. Il fut condamné à la prison. Mais après ce fatal accident, la compagnie de chemin de fer Paris Orléans qui exploitait cette ligne de l’Entre deux mers a établi une barrière et un garde, avec sa maison. Aujourd’hui, tout cela a disparu, englouti par la rocade, sauf l’appellation « chemin de Vimeney » sur une portion qui va de la route de La Tresne à la rocade. Plus loin, cette voie ferrée est devenue une heureuse piste cyclable. Vous pouvez consulter le site de véloroutes et voies vertes de France pour connaitre la voie verte Roger Lapébie ou encore pour les passionnés une page sur la mémoire Ferroviaire de Bordeaux.

Partager sur :