Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 7h55

Celui là, il descend du train de Langon !

Michel Cardoze

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

Celui là, il descend du train de Langon !

« Celui là, il arrive de Caudrot ! » Ou bien « Celui là, il descend du train de Langon » ! Ces expressions peu aimables signifiaient autrefois que ceux de Caudrot ou ceux de Langon n’étaient pas vraiment futés. Pourquoi cette condescendance bordelaise à l’égard des voyageurs venus de Langon ou Caudrot. Pour ceux de Caudrot, on a une hypothèse : elle est citée par l’ami Guy Suire dans son « bordeluche dans tous ses états » (Mollat éditeur). Le maire de Caudrot avait fait installer des bancs de pierre sur une place des Tilleuls. Mais aucun des administrés de la commune ne s’asseyait sur ces bancs. Alors le maire fit poser des pancartes aux quatre coins de la place. Sur ces pancartes le promeneur pouvait lire ces mots : « Bancs pour s’asseoir ». Bref l’histoire vraie ou sollicitée renvoyait les habitants de ce village entre Langon et La Réole à une affligeante lourdeur !

Dans certains romans de Mauriac, on a aussi quelques notations, sur le caractère empoté de ceux qui descendent du train de Langon, vus depuis les Chartrons ou du Bordeaux des bonnes écoles. C’était avant que la vallée de la Garonne jusqu’à Caudrot au moins devienne une sorte de banlieue parfois bobo de la métropole bordelaise.

Partager sur :