Toutes les émissions

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Trop peu de rues ont des noms de femmes à Bordeaux
Trop peu de rues ont des noms de femmes à Bordeaux © Radio France - © France Bleu

Combien de rues bordelaises portent le nom d'une femme ? A peine 10% et voici quelques exemples...

Diffusion du jeudi 8 mars 2018 Durée : 1min

C'est la journée Internationale des droits des Femmes, l'occasion de se pencher sur les noms des rues de Bordeaux !

Une blogueuse se fit l’écho en 2016 sauf erreur de ma part au fait que 10% seulement des rues bordelaises portaient un nom féminin. Pauline Kergomard, née en 1838 à Bordeaux, qui a inventé l’école maternelle, Manon Cormier, l’avocate résistante, Flora Tristan, la propagandiste du socialisme, Rosa Bonheur l’artiste, Laure Gatet héroïne aussi de la Résistance..Marie Brizard, femme d’affaire devenue une marque...J’en passe. Mais la place Amélie-Raba-Léon ?  Voilà une dame riche qui légua une partie de sa fortune à la ville de Bordeaux, d’où la place qui donne accès à l’hôpital Pellegrin, maintenant ensemble hospitalier, tripode et chu, voire Charles Perrens, ancien hôpital Picon. Donc Madame Amélie Raba Léon porte deux noms de familles juives bordelaises devenues citoyennes grâce à la Révolution française. Les frères Raba furent des négociants et banquiers, ils construisirent un château à Talence, qui témoigne encore de l’élégance du XVIII° siècle. On chassait dans leur parc. Napoléon empereur, en 1808, y est venu au galop rendre visite aux Raba. Il avait besoin d’argent pour financer sa guerre désastreuse en Espagne.