Toutes les émissions

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Michel Cardoze évoque, entre autres, José Bové
Michel Cardoze évoque, entre autres, José Bové © Radio France - France bleu

Une institution de la gastronomie bordelaise disparaît au grand désespoir de Michel Cardoze

Diffusion du vendredi 7 septembre 2018 Durée : 1min

Début septembre 1984, on annonce que le Grand Café va devenir un fast food.

L’institution bordelaise, aujourd’hui au 65 cours de l’Intendance, est ainsi passée par la case americano-tambouille. Après Mac, Quick, Kfc et autres, le Hit occupe le pavé bordelais. En doublant la quantité de viande hachée entre deux tranches de pain long et pas rond. Au milieu des années 80 dans certaines strates de la société, mordre dans cette nourriture était un signe de la branchitude. Fini le resto de grand papa, on mange à peine à midi, on bosse coco ! Et Monsieur Macquickchikenhit fait son bizz et son buzz avec ce qu’un ancien étudiant bordelais appellera la « mal-bouffe ». L’ancien étudiant devenu berger sur le plateau du Larzac ira jusqu’à démolir en 1999 en août une de ces enseignes mères de l’obésité planétaire.  José Bové sera condamné pour cet acte délictueux, on ne s’attaque pas à la propriété privée sans en être puni, mais l’événement marque un tournant. Le débat sur l’alimentation commence et les fast food se mettent à la salade, leur cache graisse, comme on dit cache sexe !