Toutes les émissions

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

La chaptalisation ou sucrage est aujourd'hui strictement réglementée
La chaptalisation ou sucrage est aujourd'hui strictement réglementée - France bleu (image d'illustration)

Le « Sucrage des vendanges » est autorisé en Gironde ! Nous sommes en octobre 1958.

Diffusion du mercredi 10 octobre 2018 Durée : 2min

Octobre 1958, les pouvoirs publics autorisent les vignerons à «chaptaliser». pourquoi dit-on chaptaliser ? Réponse de Michel Cardoze.

Octobre 1958, Sud–Ouest l’annonce en « Une », entre l’agonie du pape Pie XII et un Moyen-Orient enfiévré, le « Sucrage des vendanges » est autorisé en Gironde, Dordogne, Lot-et-Garonne, Landes. En ce temps là, l’été avait peu contribué au murissement des raisins. Du coup les pouvoirs publics autorisent les vignerons à « chaptaliser ». Les wagons de sucre vont arriver en gare de Langon, par exemple. Chaptaliser, du nom de Jean-Antoine Chaptal, un chimiste-mèdecin qui codifia entre règne de Louis XVI et Empire, les méthodes de vinification et notamment le sucrage des vendanges. Strictement règlementée aujourd’hui, la chaptalisation ou sucrage consiste à ajouter des substances sucrées au moût si celui ci n’est pas assez riche. Sucre de canne, moût concentré, sucre de betterave font l’affaire. Ce procédé permet de rehausser le degré alcool d’un vin victime d’une situation climatique défavorable, un été pluvieux et trop frais ou d’une vendange hâtive, avant que le raisin soit mûr. . La chaptalisation fut courante, et pas seulement à cause du climat, mais aussi en raison de rendements excessifs.  Aujourd’hui, le réchauffement climatique et des pratiques viticoles maîtrisées rendent le sucrage inutile ou rare, sauf aberration du genre, je vendange pas mûr, donc je maîtrise tout le processus au chai ! Chaptal l’inventeur aussi des vins technologiques pour l’industrie agro-alimentaire !