L'histoire du jour de Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

30 ans apèes 1952, Yves Montand était en vedette à Bordeaux
30 ans apèes 1952, Yves Montand était en vedette à Bordeaux - Capture écran INA.fr

Michel Cardoze nous raconte un drôle de mois de décembre 1952 où Yves Montand était à Bordeaux

Diffusion du mercredi 12 décembre 2018 Durée : 2min

En décembre 1952, l'actualité voit se croiser une jument qui parle, des émeutes au Maroc ou encore Yves Montand au Maroc. Et Michel Cardoze en parle.

Je ne me lasse pas du mois de décembre 1952. Pendant qu’à Richmond, USA, on se penche sur le cas d’au –non je ne blague pas-, que le Maroc sous mandat colonial de la France est en proie aux émeutes, avec vrais tués à Casablanca, le Bordeaux chic et pas très choc célèbre au Grand Théâtre la Nuit de l’Escrime, apparemment une des manifestations mondaines les plus courues de la ville et sans doute des familles avec jeunes filles à marier. Pensez, un escrimeur ! On appelle çà la « saison bordelaise » ! Sur les marches du Grand Théâtre, il y a même une « garde municipale » au garde à vous au milieu des bouquets de fleurs . Après les assauts à l’épée et au fleuret, voire au sabre, pour éviter la monotonie –dixit le compte rendu de la presse locale- on a engagé un jeune chanteur qui ne se fait pas prier pour bisser, un certain Yves Montand ! Une débauche de chansons, dit le journal ! Il devait se marrer, le jeune Montand en épatant ce public ! Un bal dans les foyers et un souper par petites tables, et la nuit est complète. Çà c’est de la mondanité millésimée 1952…J’oublie la remise d’une Légion d’Honneur dans les salons de réception du Journal Sud Ouest avec une ribambelle de généraux et de tireurs d’élite…Préfet, députés et tout le gratin. Ereintante, cette vie mondaine d’autrefois, non ? Vous pouvez revivre un passage d'Yves Montand à Bordeaux sur INA.fr