L'histoire du jour de Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Michel Cardoze
Michel Cardoze © Radio France - France Bleu Gironde

En janvier 1953, le conseil de guerre est réuni en haut de la rue de Pessac.

Diffusion du mardi 15 janvier 2019 Durée : 2min

Michel Cardoze vous raconte la réunion du conseil de guerre en Janvier 1953 à Bordeaux, en haut de la rue de Pessac

Janvier 1953, du Limousin aux Pyrénées, les territoires qui deviendront bien plus tard la Nouvelle Aquitaine, les territoires du grand sud ouest tremblent et retiennent leur émotion : au siège du Conseil de Guerre, en haut de la rue de Pessac à Bordeaux, se tient depuis le 12 janvier, le procès des militaires enrôlés dans la division nazie Das Reich. Ils sont accusés d’avoir commis le massacre de Oradour sur Glane, le 10 juin 1944, 642 victimes par le fer et le feu, femmes et enfants compris. Aujourd’hui, les ruines du village massacré et incendié sont devenues un lieu de recueillement.  Mais ce 16 janvier 53, on est dans la fureur légitime et devant l’horreur.  Le Président du Tribunal, Nussy Saint-Saens, déclare : « nous allons entrer dans Oradour ». Les descriptions sont terribles. Elles racontent un massacre méthodique, des exécutions sans jugement,  pas un fait de guerre.  En Janvier 1953, ce procès soulève déjà des polémiques douloureuses. Les accusés, à défaut de leurs officiers nazis, disparus ou planqués en République fédérale allemande, les accusés, sont presque tous des alsaciens enrôlés par le Reich allemand, des subalternes. Ils se désignent comme des « malgré nous », des enrôlés de force. Ils refusent la responsabilité collective. Le général Lammerding, commandant alors la division Das Reich, vit  à Dusseldorf. Après la guerre et les massacres de Tulle, Argenton sur Creuse, Oradour, dont il est responsable, Lammerding, jamais inquiété, fera carrière dans le Bâtiment et les Travaux Publics. Il ne sera jamais extradé et mourra dans son lit en 1971. Ses obsèques furent, il y a moins de 50 ans,  l’occasion d’un rassemblement d’anciens officiers nazis.