Toutes les émissions

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Michel Cardoze évoque la résistante Laure Gatet

Diffusion du lundi 28 décembre 2015 Durée : 1min

Laure Gatet, née en 1913, est reçue au Certificat d’étude en 1926. A moins de 30 ans, elle deviendra résistante !

Elle se voit offrir une bicyclette par « la société anonyme des automobiles et cycles Peugeot ». C’est un détail qui nous raconte quelque chose de l’ascenseur républicain mû par l’Instruction publique. Petite fille de viticulteur, fille d’un directeur d’école, Laure Gatet est une brillante lycéenne à Périgueux puis étudiante à Bordeaux en pharmacie et biologie, entre autre. Thèse sur les maturations différentes des grains de raisin. Laure Gatet n’a pas trente ans en 1940. Elle pleure la défaîte et l’occupation de la France. Elle milite dans un groupe de jeunes catholiques autour du père jésuite Antoine Dieuzayde. A Barèges, le groupe organisait l’aide aux réfugiés espagnols. Passage naturel dans la Résistance anti-nazie, le réseau s’appelle la Confrérie Notre Dame. Propagandiste gaulliste, agent de liaison. Le réseau tombe. Laure Gatet est arrêtée en juin 1942, par des SS en civil, dans la rue qui porte son nom à Bordeaux aujourd’hui, prés de la barrière de Pessac . Emprisonnée à la caserne Boudet puis au Fort du Hâ. Elle sera transférée à Fresnes, Romainville et Compiègne, puis le camp de Birkenau. Matricule 31833. En entrant au camp, le groupe de femmes chante la Marseillaise. Laure Gatet ne reviendra pas. Date du décès incertaine, fixée au 25 février 1943. Son nom est gravé au Panthéon. Des plaques de marbre à Périgueux et Bordeaux soulignent sa gloire.