Émissions Toutes les émissions

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

1min

Le brevet du tube à néon !

le mardi 19 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS
- Georges Claude à l'institut

Georges Claude, qui dépose le 19 janvier 1915 le brevet du tube à néon.

Voilà bien un drôle de pistolet, si je puis dire, Georges Claude, qui dépose le 19 janvier 1915 le brevet du tube à néon qu’il vient d’inventer. Brillant industriel, il dirige par exemple Air Liquide, mais il a la très mauvaise idée de passer de l’extrême-droite entre les deux guerres à la collaboration active avec l’Allemagne nazie. Il multiplie les conférences dans la France occupée. Est ce que sa passion pro nazie va jusqu’à le déstabiliser? A Bordeaux le 19 décembre 1942, le chic public collaborationniste assiste à une scène étrange : Georges Claude interrompt sa conférence et déclare : « j’ai fait mon devoir et je vais le prouver ». Il sort de sa poche un flacon, en avale le contenu et proclame qu’il vient de s’empoisonner pour provoquer un choc psychologique dans l’opinion. On lui administre un vomitif banal et son empoisonnement se révèle bénin. Dirigeant du groupe Collaboration à Paris, Georges Claude est jugé à la Libération et emprisonné jusqu’en 1950. Il a beaucoup travaillé sur l’énergie thermique des mers et son utilisation pour produire du froid.

Son nom figure encore sur les emballages de certains matériels électriques..