L'histoire du jour de Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Un des bars le long de la D932
Un des bars le long de la D932

Le grand ménage au Poteau

Diffusion du mercredi 13 mars 2019 Durée : 1min

12 et 13 mars 1987 à Captieux.

12 et 13 mars 1987, ce fut le grand tournant au lieu-dit Le Poteau. D’importantes forces de police y procédaient à ce que l’opinion mi rigolarde, mi satisfaite qualifia de « grand nettoyage ». La nationale Bordeaux-Pau barrée, 110 policiers en civil et une cinquantaine de CRS en uniforme opéraient une rafle dans la quinzaine de bars établis sur la commune de Captieux et dans le département des Landes mitoyen. Fin d’une histoire, liée à la présence d’un camp de troupes américaines. Prostitution et trafics divers, cigarettes et alcool  y avaient prospéré, surveillés, voire contrôlés par le milieu et la police spécialisée. Ces contrôles et surveillance ont longtemps permis à Bordeaux d’être à l’abri de la grande délinquance criminelle, laissée à Marseille, Lyon ou Grenoble. 

Certes les militaires américains étaient partis en 1960 mais les trafics avaient subsisté et les bars aussi, qui dissimulaient à peine une prostitution montante organisée dans des bars sans que les effectifs de la population locale  justifient leur nombre, comme le disent joliment les documents judiciaires ! De l’argent sale pouvait s’y blanchir aisément. A la marge, on sait aussi que les baraquements du Poteau ont été le vestiaire des troisième voire quatrième mi-temps de sportifs du dimanche. Au Poteau aujourd’hui, les quelques baraques subsistantes sont rongées par les ronces et les fleurs du souvenir.