L'histoire du jour de Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Le tramway à Bordeaux - illustration
Le tramway à Bordeaux - illustration © Radio France - © Radio France - Pierre-Marie Gros

Le Tram de Bordeaux n'a pas toujours fait l'unanimité : la preuve le 5 mars 2005, il y a 14 ans !

Diffusion du mardi 5 mars 2019 Durée : 2min

"Les commerçants de la rue Achard en justice contre le tram de Bordeaux" : ce titre n'est pas si vieux. Il date du 5 mars 2005. Explications avec Michel Cardoze

Le Tramway aura fait couler beaucoup d’encre, ainsi le 5 mars 2005, le quotidien régional annonce en manchette : « les commerçants de la rue Achard en justice contre le tram ». Je le rappelle à celles et ceux qui l’ignorent : la rue Achard est cette rue qui part au delà des Bassins à Flot et de son pont tournant,  et qui est l’artère historique du quartier de Bacalan.  Bacalan, longtemps, a été un bordeaux inconnu pour beaucoup de bordelais, on savait que çà existait, que les dockers et les ouvriers, ceux des huileries, des raffineries, du wagonnage vivaient là bas. Ces gens votaient à gauche, très à gauche, et voyez vous mon cher, je n’ai jamais mis les pieds au delà du pont tournant…Socialement on était quasiment à l’étranger, à Bacalan. Mais voilà, la décision d’envoyer là bas, au nord, le tramway qui vient des Quinconces, surtout après que les usines aient disparu, cette décision devait changer la face de Bacalan. D’abord ses habitants, plutôt modestes, étaient enfin reconnus comme dignes d’intérêt, et puis, la promotion immobilière  peut enfin se déchaîner, donner sa mesure, autour des Bassins à flots presque devenus marinas. Alors voyez vous, les commerçants de la rue Achard qui attaquaient en 2005 le tram en justice n’avaient pas tout compris au film, comme on dit. Un film qui a transformé les friches industrielles en nouveau quartier chic et choc. A preuve, on ne parle plus de Bacalan, un mot qui sent la marée et la classe ouvrière, mais  de Bordeaux maritime. Vous verrez, çà finira par sentir la rose !