Toutes les émissions

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Les croisières de plus en plus nombreuses à Bordeaux
Les croisières de plus en plus nombreuses à Bordeaux - lamangebx.fr

Les lamaneurs sont encore au travail sur le port de Bordeaux.

Diffusion du mercredi 30 août 2017 Durée : 2min

Lorsque des bateaux de croisières arrivent ou partent du port de Bordeaux les lamaneurs interviennent...

Entre l’époque des paquebots transatlantiques ou des cargos chargés de vrac qui habitaient, vivants, le paysage portuaire de Bordeaux, et l’époque actuelle, vouée aux bateaux de croisières, beaucoup de métiers ont disparu, mais celui des lamaneurs est resté. Ils sont chargés d’amarrer les navires à leur arrivée, ou de permettre leur appareillage au départ, on dit le déhalage, en maniant d’énormes câbles, en les fixant autour des bornes. Les énormes câbles s’appellent des aussières et les bornes s’appellent des bollards. Qu’on se le dise ! Tout çà ne nous renseigne pas sur l’origine de ce mot étrange, lamaneur ! Le vieux français « laman » vient du néerlandais « lootsman » qui désigne l’homme de la sonde. Celui qui à l’avant du navire entrant au port, sonde la profondeur des eaux et de fait, pilote l’amarrage. L’ancêtre des pilotes de port est cet homme de la sonde, lootsman, devenu lamaneur à quai, maniant la « touline » envoyée depuis le bord, « embraquant » cette touline pour récupérer la lourde haussière, qu’il « capèle » c’est à dire enroule et fixe avec des nœuds spéciaux, autour du bollard, appelé aussi bitte d’amarrage. Au long des quais de Bordeaux, ces bollards sont numérotés au chiffre du hangar disparu. Seuls les derniers hangars subsistent, de 14 à 20…

Pour en savoir plus, consultez le passionnant site lamanagebx.fr