Toutes les émissions

L'histoire du jour avec Michel Cardoze

Du lundi au vendredi à 7h55 et 12h50

Ce jour-là,, les députés Michel Boscher et François Mitterrand en viennent aux mains à l'Assemblée nationale.
Ce jour-là,, les députés Michel Boscher et François Mitterrand en viennent aux mains à l'Assemblée nationale. - © AFP

Michel Cardoze nous raconte mai 1968 à Bordeaux

Diffusion du mercredi 16 mai 2018 Durée : 1min

16 mai 1968 : on va vers les deux millions de grévistes en France.

Le général de Gaulle tente d’opposer la réforme et la chienlit. Mais il ne s’agit pas de « chienlit » dans les usines bordelaises, les entreprises de commerce, les services publics…Yves Guéna, bien connu à Périgueux,  est ministre des PTT, il lance un appel au calme en direction du personnel, mais c’est le centre de tri postal de Bordeaux-Gare qui donne le signal : grève et occupation le 18 mai. Idem à la Poste centrale de la rue du Palais Galien. La gare Saint Jean va fermer : plus aucun train ne circule. Les transporteurs routiers  des huit départements du grand sud ouest déclarent la « grève du zèle ». Les Chanters de la Gironde, la grève est déclarée : 1100 ouvriers occupent leur lieu de travail sur la rive droite. L’occasion peut-être, cinquante ans après, de s’imaginer une région bordelaise avec 12 000 travailleurs  dans la métallurgie.  Ils ont disparu, avec l’industrie qui produisaient navires, wagonnage, pièces diverses. L’aéronautique seule, témoigne encore de ce passé industriel récent. Evoquer mai 68 à Bordeaux, sert aussi à se souvenir d’une ville industrielle !! Ecoutez le web radio de France Bleu sur mai 1968