Replay du jeudi 28 décembre 2017

Quand les résistants secouraient les pilotes américains

28 décembre 1981, un pilote de guerre américain Reuben Fier, revient à Cognac

Un bombardier B17 américain
Un bombardier B17 américain © Radio France

A bord d’une forteresse B 17 en décembre 1943, Reuben Fier a bombardé la région, son appareil est atteint par des tirs allemands, il saute en parachute et atterrit dans un champ. Il marche et arrive dans les environs de Pons en Charente. Il est aidé par un habitant, M. Raymond Boizeau qui lui donne des vêtements civils. Puis par une dame Raymonde Sabater, qui lui procure une carte d’identité et le confie à un réseau de résistants.  Ce réseau l’aide et le conduit vers les Pyrénées  qu’il espère franchir. Mais il est dénoncé et arrêté par l’occupant nazi. 

Prison, camp en Allemagne, l’aviateur américain ne sera libéré qu’en 1945. Il reverra ses sauveteurs, il exercera les fonctions de policier à New York, puis à Baltimore. Et le voilà de retour à Cognac en 1981, reçu par l’aéro-club. Il survole les régions bombardées en 1943. Il explique que s’il avait dû bombarder la ville de Cognac il n’aurait pas osé revenir. A bord d’un appareil mis à sa disposition par l’aéro-club de Cognac, il a refait l’approche de l’aérodrome local. Sans bombe et sans sauter dans les vignes ! Un vrai conte de Noel !

Mots clés: