Replay du mercredi 26 avril 2017

Saint Médard-en-Jalles honore Renée Lacoude, Michel Cardoze raconte pourquoi.

- Mis à jour le

Il y a quelques jours la commune de Saint Médard-en-Jalles honorait une centenaire, Renée Lacoude.

Renée Lacoude le 8 mai 2015
Renée Lacoude le 8 mai 2015

Il y a quelques jours la commune de Saint Médard-en-Jalles honorait une centenaire, Renée Lacoude, pas du tout parce qu’elle bouclait le siècle le 12 avril dernier, mais parce qu’elle est une survivante d’un convoi de déportés d’août 1944, un convoi qu’on a appelé le « tran fantôme », car parti du camp du Vernet, au pied des Pyrénées, le 30 juin 44 avec 403 détenus, résistants d’origine étrangères qui avaient pris le parti de la France à libérer, il mit deux mois pour parvenir au camp de concentration nazi de Dachau avec à bord des vivres et de l’eau pour trois jours. Pour 700 résistants en tout, une vraie odyssée sur le réseau ferré alors que la France était en train de se libérer, que les combats se poursuivaient, que les cheminots retardaient le train par tous les moyens. Du Vernet et Toulouse, le convoi a rallié Bordeaux, puis Angoulême, puis de nouveau Bordeaux et Toulouse, Nîmes et une remontée vers le nord entre bombes, sabotages, évasions et solidarité locales. Parmi les déportés, Renée Lacoude, cent ans aujourd’hui, elle en avait 27, membre d’un réseau de résistance baptisé « Andalousie », elle est arrivée à Dachau avec le convoi le 28 août 1944. Une rue désormais porte son nom à Saint Médard en Jalles. L’histoire complète du convoi sur internet avec une carte et les faits marquants de l’odyssée : www.lesdeportesdutrainfantome.org

Mots clés: