Replay du lundi 26 octobre 2020

Laura Morin, présidente de l'Enfant Bleu, à l’occasion du procès aux assises de la mort d'un bébé maltraité

- Mis à jour le

Un couple comparait cette semaine devant la cour d'assises de l'Hérault après la mort du petit Kenzo, 21 mois, en février 2017 à Lunel. Le bébé a été un souffre-douleur pendant plusieurs mois. L'association l'Enfant Bleu, dont Laura Morin est la présidente, s'est constituée partie civile.

L’Enfant Bleu est partie civile dans le procès qui s'ouvre ce lundi matin
L’Enfant Bleu est partie civile dans le procès qui s'ouvre ce lundi matin - L'enfant bleu

L'affaire avait provoqué une vive émotion à l'époque : la mort consécutive à des actes de torture du petit Kenzo, 21 mois, dans la chambre d'un hôtel de Lunel, en février 2017.

La mère de l'enfant, âgée de 21 ans, et son compagnon d'alors, un homme de 33 ans, sont jugés cette semaine par la cour d'assises de l'Hérault. Lui, comparait pour meurtre, actes de torture ou de barbarie et violences habituelles sur mineur. Elle, pour pour complicité d'actes de torture ou barbarie et non dénonciation de crime. Chacun se renvoie la responsabilité de la mort de Kenzo.

L'enquête a montré le garçonnet était devenu depuis plusieurs mois le souffre-douleur de ce couple en errance. L'association l'Enfant Bleu-Enfance maltraitée, qui s'est constituée partie civile dans cette affaire, pointe plusieurs éléments sensibles du dossier : le rôle des professionnels de santé dans le signalement de la maltraitance infantile et la responsabilité de l'entourage.

Mots clés: