L'invité de 8h20

Du lundi au vendredi à 8h20

À Collias, plus de cinquante personnes ont participé à une campagne d’analyses d’urines pour y rechercher des traces de glyphosate.
À Collias, plus de cinquante personnes ont participé à une campagne d’analyses d’urines pour y rechercher des traces de glyphosate. © Radio France - Romain Berchet

"Avec ces plaintes les pisseurs de glyphosphate veulent influer sur le cours de l'histoire" Pierre

Diffusion du mercredi 4 décembre 2019 Durée : 5min

Plusieurs dizaines de plaintes seront déposées, ce mercredi 4 décembre, après-midi au tribunal de grande instance de Nîmes par "les pisseurs involontaires de glyphosphate". Notamment pour mise en danger de la vie d'autrui. Ces plaintes font suite à des prélèvements d'urines réalisés en avril et en juin à Aigremont et Collias pour détecter la présence de glyphosates, un herbicide produit par Monsanto. Son nom commercial, c'est le Round-up. Près de 80 personnes se sont portées volontaires.  L'un d'eux Pierre était l'invité ce mardi matin sur France Bleu Gard Lozère. 

Résultats édifiants 

Des traces plus ou moins significatives de glyphosate ont été détectées chez tout le monde. Pour rappel, la limite de la teneur dans l'eau potable est de 0,1 nanogramme/ millilitre.

Plaintes pour mise en danger de la vie d'autrui

Les plaintes seront donc déposées au TGI de Nîmes. Des plaintes pour mise en danger de la vie d'autrui, tromperie aggravée et atteintes à l'environnement et contre toute personne impliquée dans la distribution et la large diffusion dans l'environnement de molécules de glyphosate.  Elles vont devenir quoi ces plaintes. Transmises au pôle santé du TGI de Paris pour l'instruction de ces plaintes.