Replay du mercredi 24 février 2021

Le CRAC Europe attaque l'aide financière apportée par la mairie de Nîmes à la société de Simon Casas

- Mis à jour le

Le CRAC Europe (comité radicalement anti-corrida) attaque devant la justice administrative la décision du conseil municipal de Nîmes d'accorder une aide à la société de Simon Casas, délégataire des arènes pour les spectacles tauromachiques.

Mur couvert d'affiches anti-corrida lacérées
Mur couvert d'affiches anti-corrida lacérées © Radio France - Nathanael Charbonnier

Pas de feria de Pentecôte à Nîmes en 2020 en raison de l'épidémie de coronavirus. Une jauge à 5000 spectateurs dans les arènes pour la feria des Vendanges. Pour compenser les pertes subies par la société Simon Casas production, délégataire des arènes pour les spectacles tauromachiques, le conseil municipal de Nîmes a voté le 19 décembre 2020 une délibération lui accordant une aide de 201.587 euros. Une décision que le CRAC Europe décide d'attaquer devant le tribunal administratif, de même que l'exonération de 66% des redevances pour l'année 2020. Pour Didier Bonnet, le président de  l'association, "ces aides ne respectent pas les règles en matière de contrat public. Ce qu'on appelle le service public, c'est pour le bien public. Je ne vois pas où la corrida est pour le bien public. Elle est pour un public restreint, vieillissant. Il n'y a pas de notion de bien public dans la corrida."  

"Il faut supprimer la corrida" 

Attaquer cette décision permet au CRAC Europe de relancer le débat sur la suppression de la corrida." Le CRAC Europe est  connu pour ses actions dans la rue mais on peut aussi utiliser la loi, le politique. La corrida est déficitaire partout. C'est votre argent, c'est le mien, c'est l'argent des impôts. Moi je ne vais pas à la corrida, je ne vois pas pourquoi je paierais pour ces gens-là. La corrida doit être abolie".